Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

dimanche, 12 novembre 2017

Ca va fort !

Non j’déconne. En ce moment j’ai le sentiment d’avoir un cancer, c’est te dire à quel point ça va bien.

L’ostéo m’a dit que mon foie s’était fait la malle de l’autre côté de mon corps, elle l’a retrouvé et l’a remis à sa place, mon corps « c’est un chantier » qu’elle m’a dit haha NON SANS BLAGUE.

 

Mais revenons quelques 3 mois en arrière.

 

On n’a pas profité de l’été, parce que putain, il était où l’été ? Ne me dites pas dans mon cul, il n’y était pas, je vous assure. Dès qu’on foutait un pied dehors on se prenait soit la drache soit des hordes de moustiques morts de faim. Et puis, tu peux pas perdre 10 ans d’habitudes à voyager l’été en un claquement de doigt. Et j’avoue que ça me manque terriblement.

On est partis à la campagne, on a vu des vaches cochons chevaux biquettes lapins ânes oies poules et c’était bien cool.

 

Ensuite il y eût « la rentrée », que nous avons soigneusement évitée en nous barrant à la mer. L’eau était toujours aussi froide, le temps était pas terrible bref : bien mais pas top.

J’ai repris le sport, les sports devrais-je dire et ça va, y’a des restes : après 3 ans d’arrêt complet, caycool.
Tout comme l’année dernière, mon anniv n’a été qu’une loooongue journée où j’ai bu pour oublier, mais j’ai pas dû boire assez : bientôt 40 ans et grosse déprime.

Alors je me suis acheté des fringues, ce qui ne m’arrive que très rarement puisque l’essentiel de mon shopping est concentré vers l’Asticot, que j’ai un mal fou à habiller. Rien ne m’allait, évidemment.

 

Alors quoi de neuf ? 1 an qu’on est ici et pas grand monde qu’est venu nous voir. Les sédentaires, cette putain de plaie. Par contre, s’il y a un déménagement à faire ou une soirée d’anniversaire, on verrait bien que tu te tapes 400 bornes pour nous honorer de ta présence. Guess what ? HELL NO.

 

Puis ce fut l’automne, et ses 25° degrés ; normal puisqu’on s’est pelé le cul tout l’été. L’Asticot a eu sa première rhino et me l’a refilée, bien entendu.

On m’a proposé du boulot, et pour la première fois depuis longtemps que j’ai failli dire oui. Pour une fois que j’aurai kiffé faire quelque chose de totalement différent qui me botte, c’était incompatible niveau emploi du temps avec l’Asticot. Fuck.

 

J’ai encore pleuré chez le pédiatre, et non je n’irai pas « me faire aider » ; la gangrène habite à 30 bornes de chez moi et c’est pas 15 ans d’éloignement qui changeront la donne : elle est nocive d’où qu’elle soit. Et surtout, ça n'avait rien à voir avec ladite gangrène : j’ai pleuré de rage, car qui es-tu toi, le soignant, le pseudo-aidant, qui juge sous couvert de donner des conseils ? Que connais-tu de mon histoire, de celle de mon enfant ? Que sais-tu de la différence, toi dont le boulot consiste à alarmer dès que les petites croix ne sont pas dans la moyenne des courbes ? J’ai pleuré de rage car je suis fatiguée, lasse des gens qui culpabilisent les mères (qui sont assez grandes pour se culpabiliser toutes seules tout le temps merci bien) au lieu de culpabiliser les pères, ces pères à qui il faudrait balancer un grand coup de pied au cul qui foutent le minimum en croyant qu’ils grimpent l’Everest tous les jours et te regardent avec un air de poisson mort.

 

Donc non, je n’irai pas voir de psy même si ça me ferait probablement du bien, et l’Homme n’a pas vu de sexologue alors qu’il en a besoin. Je sais ou j’en suis, je sais où sont les problèmes, le doigt dessus a été mis, j'ai dit ce que j'avais à dire, après chacun fait ce qu’il a à faire et met la priorité où il veut, et celui qui ne fait rien n’a qu’à s’en prendre à lui. Si ça foire faudra pas faire l’étonné.

Je ne sais pas où tout ça va nous mener mais je n’ai pas envie d’y réfléchir, l’Homme est ce qu’il est notre avenir est incertain depuis longtemps déjà, ce qui est certain en revanche, c’est que c’est un bon père, et c’est déjà bien.

 

On a emmené l'Asticot à la montagne et c’était cool. Oh bien sûr j’ai passé mon temps à faire l’adjudant et à me taper les contingences quotidiennes, après quoi j’ai décidé de faire grève parce que non : faire la cuisine mettre un plat surgelé au micro-ondes et passer l’aspirateur ne font pas de toi un féministe, c’est juste complètement normal et on va pas te décerner une médaille pour si peu non plus LOL.

J’ai quand même réussi à faire la sieste deux jours d’affilée, preuve de mon épuisement. Et j’ai fait chambre à part aussi, et j’ai dormi comme une masse – même si je n’ai rattrapé que quelques heures sur les 126540 à rattraper environ.

 

A part ça j’ai pré-inscrit l’Asticot à l’école, 3 relances et rien sérieux les gars, ça saoule. Je prie le ciel d’avoir une réponse positive, au pire j’ai pris la décision d’attendre une année supplémentaire. JUGEZ-MOI je m’en bats les couilles.

 

Ces derniers jours j'ai appris 2 nouvelles surprenantes et encore une fois, même si je n’attends rien d’autrui (hormis l’Homme dont j’attends qu’il lave sa putain de tasse à café) ça m’emmerde de me rendre compte que je n’existe que comme bureau des pleurs et que le reste du temps, on s’en bat la race de ma personne. C’est peut-être moi qui crée cette situation du fait de mon éloignement, du fait de manquer de temps pour passer quinze plombes au téléphone sans pouvoir en placer une, ça n’est probablement pas contre moi, mais ça m’emmerde.

Donc non, je ne me taperai pas 400 bornes pour un anniversaire dans une salle louée des centaines d’euros alors que tu viens chouiner que tu peux pas te bouger jusque chez moi puisque tu dois te serrer la ceinture pour rembourser ton prêt immobilier (car n’oublions pas le magnifique adage de : « il FAUT être propriétaire » haha et bouffer des pâtes aussi putain).

En parlant de ça j’attends toujours 2 cadeaux d’anniversaire, bon en vrai j’attends pas parce que primo je n’ai rien demandé et que deuzio je sais qu’ils n’arriveront jamais, si vous voulez pas vous engager dans quoi que ce soit ne le faites pas personne ne vous force, surtout pas moi. Pour te dire à quel point je m’en tape j’ai eu des fromages de chèvre pour mon anniv et j’ai même pas capté que c’était un cadeau – mais ça c’est probablement parce que la bouffe > les cadeaux.

 

Sinon ça fait une semaine que je suis mère célibataire et finalement je m’en sors bien : l’Asticot voit ses copains et sa copine, on s’aère, on fait les courses, le ménage, la cuisine ensemble, l’Asticot veut toujours « aider maman » et ça c’est cool car les journées de 17 heures sont longues et bien fatigantes.

 

Pour finir sur une note joyeuse, je sais à présent me servir d’un défibrillateur, ça va bien se passer, d’autant que l’Asticot me dit au moins une fois par jour qu’il m’aime <3<3<3

 

‘Cos we’re the masters of own our fate

We’re the captains of our own souls

So there’s no need for us to hesitate

We’re all alone, let’s take control

23:34 Écrit par Anouchka dans In my Mind | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : blabla de fille, journal intime

 
Le Grand Souk | Anouchka © 2005-2017