Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

jeudi, 25 juin 2015

Profession : maman, à plein temps

Voici donc que la future maman que j’allais devenir a, comme tout bon parent je suppose, « pris les devants » pour faire garder l’Asticot. Même en ne sachant pas si je reprendrais un travail ou non une fois mon congé pour démoulage terminé, l’Homme et moi étions d’accord sur une chose : la sociabilisation, c’est bien.

Renseignements pris auprès de la mairie du Village, je me suis rendue aux 2 crèches susceptibles d’accueillir mon marmot, « pour voir ». Il est à préciser que lesdites crèches dépendent de la Ville, et qu’il y a donc peu de places pour les enfants du Village.

La première, la « Crèche Sympa », m’a très bien reçue, m’indiquant que les dossiers de demande de berceaux devaient d’abord passer par la mairie du Village – la donzelle de l’accueil s’était bien gardé de me le dire. Bref, super contact, la directrice me donne les coordonnées de la personne en charge des dossiers en mairie.
C’est donc toute guillerette que je me rendis à la seconde crèche. Je sonne à l’interphone, la directrice daigne me répondre, et m’envoyer littéralement chier en me disant qu’elle était en réunion, qu’il fallait s’inscrire sur internet – et qu’en gros elle ne recevait personne si ce n’est un parent de minot déjà présent dans son établissement.

De retour et malgré cette incartade, je m’inscrivis sur internet pour la « Crèche de la Connasse » et je pris ma plus belle plume pour faire ma demande écrite spécifiquement pour la Crèche Sympa, que je déposais en mairie à la donzelle de l’accueil – avec demande de tampon pour lettre remise en mains propres, pas folle la guêpe ;)

Et puis, pendant de longs mois, rien. Je relance. Nous nous rendons à la mairie du Village. Rien.
Quelques 6 mois plus tard, nous recevons un courrier nous indiquant que les demandes pour la Crèche Sympa passent en commission début juin, et qu’il faut s’inscrire sur internet pour la Crèche de la Connasse. Merci, on ne vous a pas attendu, c’est déjà fait. Début juin, rien. Mi-juin, rien.

La semaine dernière, j'appelle la mairie du Village. Bien entendu, la donzelle de l’accueil ne sait pas de quoi il retourne, « on ne vous écrit que si votre dossier a été retenu » ( ???? le fuck ????), « si on ne vous a pas écrit c’est que vous avez une place à la Crèche de la Connasse » ( ???? gné ???). Ces pedzouilles ne prennent donc pas la peine de répondre oui ou non ou merde, ça a le don de me rendre vilaine et particulièrement véhémente, têtue et bornée. Réponse je demande à avoir, réponse j’obtiendrai.

J’appelle la Crèche Sympa, la directrice n’est pas là. La jeunette qui me répond m’indique que c’est la mairie qui fait passer les dossiers, et que le notre n’y est pas. Ça commence à monter gentiment. Je rappellerai donc un peu plus tard pour avoir directement la directrice et savoir de quoi il retourne.
Puis j’appelle la Crèche de la Connasse. La directrice, qui me répond, ne sera disponible que l’après-midi, et elle me raccroche au nez. HAHA. Connasse.
Je rappelle la Crèche Sympa, la directrice me confirme que non, point de dossier elle n’a pour l’Asticot. La moutarde commence à piquer. Je lui demande les critères de la fameuse commission d’attribution des berceaux pour que les dossiers arrivent jusqu’à elle, je n’obtiens pas de réponse – bien que je suppute qu’il faille demander un temps plein – mais le nom de l’Élue en charge des demandes en mairie du Village, qui a changé d’ailleurs depuis mon courrier. C’est déjà ça.

Je rappelle la mairie, demande l’Élue, qui n’est pas disponible bien sûr, j’ai de nouveau la donzelle de l’accueil – qui par chance se souvient de moi – elle réitère ses propos et moi ma demande, finalement elle me passe l’assistante de l’Élue.
A qui je raconte mon épopée téléphonique pour avoir une réponse – quelle qu’elle soit – claire et précise, quid de cette maudite commission et de ses critères fallacieux, je whine un peu beaucoup bref, je dois rappeler l’après-midi pour avoir l’Élue, une réponse, des précisions, et peut-être même 100 balles et un Mars.

Je suis bête et disciplinée, et j’ai un côté teckel aussi : je ne lâche pas le morceau facilement.

En début d’après-midi, je rappelle à nouveau la Crèche de la Connasse. Toujours aussi désagréable elle m’envoie bouler, comme c’était prévisible : « beaucoup de gens en liste d’attente » blablabla, « non on ne vous répond pas sur votre espace client internet que votre dossier soit retenu ou non » ( ??? mais re-LE FUCK ??? Ça coûte quoi de faire un emailing ??? Pourquoi se faire chier à s’inscrire sur internet du coup ?? Et après tu râleras que les gens te téléphonent pour avoir une réponse HEIN GROSSE CONNASSE DE MERDE ??!!)… mais à force d’insistance (mon côté teckel) j’obtiens une réponse : pas de temps plein ? Pas de place. Et je me fais raccrocher à la gueule en prime. PUTEPUTEPUTEPUTEPUTE.

J’appelle illico presto le bureau de l’Élue, qui bien sûr finalement n’est pas là (=> nous sommes vendredi) ; je suis devenue copine avec l’assistante (forcément), je lui raconte mes déboires avec l’autre vilaine, que je souhaite une réponse *ouin*, que je n’ai pas de solution pour l’Asticot *ouin²*, et que je ne peux pas m’engager auprès de mon futur employeur vu que je n’ai pas de mode de garde [insérez ici les pleurs dans les chaumières].
Elle n’est pas décideur mais elle a à cœur de trouver une solution car non, je ne dois pas être la seule à être dans la panade avec sa marmaille, sachant que dans mon cas c’est moindre mal dans le sens où je peux me permettre de ne pas retravailler tout de suite, ce qui sera très bien mais là n’est pas le sujet.

Épilogue
Après maintes tentatives on l’aura compris, j’ai réussi à parler à l’Élue qui m’a confirmé qu’il n’y avait plus de place à la Crèche Sympa (et, à mots couverts, que les dossiers acceptés étaient uniquement les demandes de temps plein), mais qui paraissait étonnée de mes dires concernant la Crèche de la Connasse. Qui dépend, je le rappelle pour ceux assis au fond, non pas du Village mais de la Ville. Et l’Élue de la Ville avec qui traite l’Élue du Village a pour information qu’il reste des berceaux dispo.
En tout état de cause je n’ai aucune envie de confier mon fils et mes thunes à cette vieille rombière mal baisée – qui de toute façon n’acceptera l’Asticot qu’à raison de 5 jours par semaine. Et comme je ne compte pas bosser à temps plein pour payer la crèche, la boucle est bouclée.

Voyons le bon côté de la chose : si je ne dois avoir qu’un enfant, je compte bien en profiter au maximum, l’occasion m’est donnée alors autant la saisir elle ne se représentera pas deux fois !

11:00 Écrit par Anouchka dans Moi Je | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : blabla de fille, journal intime

 
Le Grand Souk | Anouchka © 2005-2015