Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

dimanche, 19 juin 2016

Nostomanie

La vie serait tellement plus simple si nous étions des micro-ondes. On devrait proposer ça comme sujet au bac philo, tiens.

Je n’ai plus le temps d’écrire sur ce blog, je poste rarement des photos sur l’autre, et pourtant, je ne me résous pas à les laisser… Alors quitte à ce qu’ils soient en jachère et que plus personne ne les lisent / regardent, ils perdurent, et moi avec eux.

Bref !

J’ai installé une appli de podomètre sur mon téléphone, et j’ai bien rigolé : je dépasse allègrement les 6.000 pas (le seuil recommandé), soit une jolie moyenne de 3,5 km / jour. Tu m’étonnes que je sois encore bien gaulée pour mon âge ^^
L’Asticot continue à faire la grève de la faim, 3 mois que ça dure il met mes nerfs à rude épreuve mais bon c’est comme ça.

En parlant de lui, j’avais fait une liste de prénoms potentiels (fille / garçon) et bien qu’il soit encore possible qu’il y ait un deuxième ptit bouchon, il y aura également 90% de chances que je refasse une MAP ; pour que cela n’arrive pas il faudrait que je passe 4 mois à faire du lard. Et c’est même pas dit que ça marche :/ !
Sans compter la culpabilité de ne pas pouvoir s’occuper du lardon n°1 pour la gestation du n°2, j’ai déjà fait un post-partum je tiens pas à en faire un second merci bien.
Un enfant, ça demande du temps, de la patience, de faire une croix sur le peu d’heures de sommeil qu’il nous reste d’être en forme et ça coûte de l’argent. Un, c’est déjà très bien, un qui n’est pas malade et qui grandit bien, c’est parfait. C’est triste, je fais mon deuil, c’est dur j’en chie, vraiment, mais il faut savoir être raisonnable.

A part ça ? Hé bien ça y est, nous avons décidé de prendre nos clics et nos clacs et de faire nos valises, pour de bon.

happy%20carlton.gif

Il n’y a que de bonnes raisons à cela : que l’Asticot se rapproche de ses grands-parents vieillissants, que le noyau familial se constitue un peu plus tant qu’il est temps, qu’on profite d’un cadre de vie moins stressant, que l’Asticot grandisse dans un environnement plus sain, sans compter la bouffe ++++ et les mégas économies de loyer.
Moi j’aime pas me maquiller et mettre des talons de 12 pour aller au supermarché. En 15 ans, ça n’a pas changé. Je suis une plouc et je le reste, la ploucitude c’est très bien. Et puis je ne me fais pas d’illusions, des cons, y’en a partout. Ils sont plus dispersés là où on va aller.

Depuis des mois je ne cesse de le répéter : le ras le bol s’est doucement mais sûrement installé. Ras le bol de vivre dans le South Far East, marre des odeurs de churros, des gens qui se ruent sur les glaces, des odeurs âcres d’huile solaire, des gens qui se regardent et qui pètent plus haut qu’ils n’ont leur cul, ras le bol de l’aigreur permanente des jeunes et des vieux, de la tension palpable où que tu sois, de l’incivisme quotidien, du non respect de rien sous prétexte que « c’est la tradition »… Parcmètres partout, envie nulle part.

Et tant pis pour la mer où je ne mets finalement pas les pieds, si on veut aller à la mer ou à la montagne ou à l’océan on sera au milieu c’est mieux ; tant pis pour le soleil, qui me manquera véritablement, je me réhabituerai au climat. Et puis j’ai fait la transhumance 15 ans d’affilée dans un sens, je peux la faire dans l’autre.
Tans pis pour les potes, les salles de concert où j’ai mes habitudes, il y aura d’autres potes et de nouvelles salles.
Tant pis pour les amis, qui resteront a priori des amis – et qui viendront probablement squatter, ou pas, je m’en fous. Finalement, j’ai aujourd’hui ce que j’ai toujours voulu avoir, j’ai beaucoup de chance. Tout le reste, c’est du bonus.

On a commencé à chercher notre nouveau chez-nous, bon je crois que je vais vider mon PEL pour faire appel à des déménageurs et ne plus me coltiner de cartons lol mais pour le reste, j’ai vraiment hâte.

Je vous laisse avec la meilleure scène d’un de mes films préférés.

21:06 Écrit par Anouchka dans In my Mind | Lien permanent | Commentaires (2) | Tags : blabla de fille, journal intime, toulouse

 
Le Grand Souk | Anouchka © 2005-2016