Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

jeudi, 10 décembre 2015

Décembre, 10e jour

Bleu, blanc, rouge
Je ne sais pas d’où ça vient mais je me suis toujours sentie française, et patriote. Je ne sais pas le décrire ; je chante la marseillaise (surtout au début des matches de rugby ^^), je suis fière de ma langue, de ma cult(ch)ure, je vis dans un beau pays et j’ai à cœur de le revendiquer. Tout n’y est pas rose, je ne suis pas forcément d’accord avec l’Histoire de France, ni avec la politique mais qu’importe.
Du plus loin que je m’en souvienne, je me suis toujours sentie citoyenne ; merci les cours d'éducation civique. Je respecte les institutions, les traditions (même si je ne les partage pas forcément), je respecte ceux qui nous protègent (même si ce sont parfois de fieffés connards), j’essaye de respecter la Loi (même si j'oublie de scanner des articles à la caisse rapide). Quand j’étais gamine, je voulais « être grande » pour deux choses : avoir mon permis de conduire, et 18 ans pour avoir le droit de vote.
Je n’ai pas de drapeau chez moi, j’ai peint mon visage pour la finale de la coupe du monde en de foot en 1998. Mais je me sens véritablement bleue, blanche et rouge à l’intérieur.

C’est Noyel avant l’heure
Je suis allée chouiner auprès de mon ami Pol, et j’ai eu gain de cause. Mieux vaut mentir qu’être honnête, je devrais le savoir depuis le temps… mais on ne m’y reprendra plus, c’est certain !
Ça me laisse quelques mois de répit et compte-tenu de la situation, je suis putain de grave soulagée.

Le verre
Pote du Collège qui s’est exilé en Thaïlandie m’a récemment posé cette si douloureuse question : verre à moitié vide ou à moitié plein ?
Douloureuse car il n’y a pas si longtemps, j’aurais évidemment répondu qu’il était à moitié vide. En tant qu’idéaliste mélancolique et perpétuelle insatisfaite (je vends du rêve, je sais), le verre a plus ou moins toujours été à moitié vide de toute manière.
La donne s’est inversée quelques mois après que le Piou m’ait larguée, le temps de faire mon deuil, de retrouver confiance en moi et de faire voltiger la culotte pour fêter ça :)
Puis il y eût ma rencontre avec l’Homme, et l’arrivée de l’Asticot <3 Malgré tout quand j’y repense, putain ma grossesse n’a vraiment pas été fun. Je repense beaucoup en ce moment aux crises que j’ai pu piquer avec le Chat de l’Enfer, et je te jure qu’à défaut d’avoir d’autres marmots j’aurai un chien.
Bref, je n’y reviendrai pas mais ces derniers mois ont été difficiles, et bien que tout ne soit pas pour le mieux dans le meilleur des mondes (oh ! une réminiscence de Voltaire !) c’est plutôt très positif.
Donc oui, verre à moitié plein. Même si, soyons honnête, j’ai parfois envie de balancer ce putain de verre contre un mur.

Les articulations crient en silence
Depuis ma grossesse celles de mon dos ont décidé de prendre le mégaphone pour se faire entendre. Je suis résistante à la douleur physique, mais à m’ment donné, je peux plus. Ma lombalgie a une origine, qui porte le doux nom de lordose. Il va de soi que j’ai bien ri en lisant qu’elle était physiologique pour la reproduction des mammifères.
Bref pour 2016 je voudrais ne plus avoir le dos en miettes, merci.

Les papillons
Il existe des endroits chatoyants (même si le café y est dégueulasse) pour que sa progéniture puisse faire de l’œil à toutes les gonzesses quel que soit l’âge (ça promet), et faire du bruit. Et en plus on voit la mer.

14 ans plus tard
C’est marrant ces allers-retours que j’ai pu faire avec certaines personnes de mon passé. Complètement raillées de ma vie du jour au lendemain, le plus souvent avec pertes et fracas – et à raison. Souvent je me dis que je devrais faire des paris sur la tournure que prennent les évènements pour ces personnes-là, pas pour dire que j’ai souvent raison mais il faut croire que soit je connais ces personnes mieux qu’elles-mêmes (je n’ai pas de don de voyance), soit le dessein est tellement évident qu’il se vérifie.
Le Plombier, c’est la première personne que j’ai rencontrée lorsque j’ai émigré déménagé dans le SFE. Notre histoire de cœur a fini en eau de boudin mais c’était il y a teeeeellement longtemps que je m’en souviens pas – comme beaucoup de choses de ma vie qui sont loin dans le passé et que j’ai, volontairement ou non, oubliées.
On s’est pas vus depuis 6 ans, ça m’a pas manqué, j’ai la chance en plus de ne jamais croiser de gens que je connais et / ou que j’ai pas envie de voir et franchement, tant mieux. Mais la curiosité me poussera toujours à savoir ce que mes ex sont devenus :p

Il est devenu papa, et s’est marié – haha. Haha car c’est quelqu’un de rigide, de très égocentrique, et qui pour rien au monde ne passerait devant le maire… sauf à ce que sa gonzesse tombât enceinte. Banco, on vend la caravane. Il ne porte jamais son alliance et veut divorcer. HAHA. J’ai dû supporter 1h30 de « moi je » « moi je »... A dans 6 ans hein !

Sur ces bonnes paroles en cette fin d’année je transhume donc par avance JOYEUX NOËL à tous et toutes, éclatez-vous, profitez au maximum, buvez, bouffez (n'oubliez pas que le confit c’est pas gras et le chocolat noir plein de magnésium ^^), fumez et faites du sexe !

22:04 Écrit par Anouchka dans Epices et Tout ! | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : blabla de fille, noyel

 
Le Grand Souk | Anouchka © 2005-2016