Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

vendredi, 23 décembre 2016

La vie serait tellement plus simple si nous étions des micro-ondes

Je ne me rappelle même plus la dernière fois que je suis venue sur le blog. Probablement pour me plaindre diraient les mauvaises langues – à raison ?!

Nous avons donc emménagé il y a 3 mois, et nous sommes bien là où nous sommes.
Le quartchier est sympa, les voisins sont sympas, le coin est sympa. Avec l’Homme on s’engueule tout le temps ou presque et on baise pas ou plus, mais on mange bien et on boit bien et c’est déjà pas si mal. Nous n’avons accroché aucun des tableaux aux murs ni installé les butées de portes mais on a pris nos marques, nos repères, nos habitudes.
Contre toute attente je me suis plutôt bien réacclimatée, et lorsque je regarde la météo du SFE franchement y’a rien à y envier. Alors certes j’en suis à mon troisième rhume en 3 mois mais c’est plutôt dû à la fatchigue chronique : je ne suis plus crevée, je suis cui-cuite. Je n’ai pas pris un gramme, le deuxième effet kiss cool de vivre sur les nerfs vraisemblablement.

lack%20of%20coffee.gif

L’Asticot grandit à une vitesse folle, c’est un gentil ptit bonhomme charmeur au caractère bien trempé. Pas facile tous les jours mais définitivement ma plus belle réussite <3<3<3.

J’ai un rythme de vie intense, je cours partout tout le temps, j’ai stoppé net le sport et je vois mal quand j’en ferai aujourd’hui à part… la nuit. J’ai du retard dans mes textos, dans mes mails… autant dire que je ne suis pas une très bonne amie en ce moment, voire une amie en mousse [gif spéciale dédicace ^^]. Le bureau des plaintes reste néanmoins ouvert.

there%20there.gif

J’ai complètement laissé tomber l’idée de visionner des films puisque les soirées ne démarrent que tard. Du coup, je me rattrape en séries : this is us, the affair, divorce, et grey’s anatomy parce que bon, c’est mon pêché cu-cul mignon. Sinon on est allé voir Rogue One et c’était vachement cool.
Ma vie sociale est proche du néant, mais j’y travaille. J’aimerais avoir une journée cocooning pour dormir jusqu’à 09h30, prendre un bain, aller chez le coiffeur et la manucure… faire du shopping pour moi dans un centre commercial… mais ça pourrait aussi bien se terminer en pyjama les cheveux gras à bouffer du pop corn vautrée sur le canapé que ce serait génial.

Ma blogroll n’est plus qu’une vaste blague, plus grand monde ne lit de blogs à présent… est-on trop vieux pour ces conneries ? Avons-nous des vies plus prenantes, moins envie de s’épancher ? Probablement un peu de tout ça.
Je ne ferme pas le blog, je n’en ai pas envie, je reviendrai de temps à autres ici, d’ici là portez-vous bien et tenez-vous mal !

darth%20funfair.gif

dimanche, 02 octobre 2016

Octobre

Récapitulons. Nous n’avons pas fêté mon anniversaire puisque nous étions dans les cartons.

Le jour J les déménageurs ont abîmé le plan de travail de la cuisine et arraché une étagère scellée du cellier ; à J+1 ils sont partis à la hâte, laissant un bon nombre de cartons pleins en plan. C’est bien simple, le garage était une montagne de cartons du sol au plafond.
J’ai pété un gros boulon lorsque je me suis aperçue que les plus belles peluches de l’Asticot avaient mystérieusement disparues. Et la bouteille de champagne est restée au frigo.

Frigo que nous avons changé à nouveau puisque le « nouveau » était finalement trop petit ; le nouveau « nouveau » qui lui est très bien a deux magnifiques traces d’autocollant qui ne partent pas #fail.
Mon premier soir seule avec l’Asticot j’ai eu le combo fuite sous évier / plombs qui sautent, yeay.
Bon an mal an nous avons jeté les cartons, et retrouvé les peluches rangées dans un sac d’ordinateur #karamazov #lachoucroute.

Puis l’automne est arrivé, on a ressorti les pulls, ce qui ne m’est pas arrivé au mois de septembre depuis… 15 ans. Je n’ai pas encore ressorti les jeans, faut pas pousser mémé.

Je ne pèse plus que 51,5 ( !!!!!), l’Asticot a baptisé la nouvelle salle de bain en pissant par terre (il avait fait caca dans l’ancienne), on a mis des tas de trucs sur Le Bon Coin, j’ai plus de crème de jour, pas de terreau pour rempoter mes plantes, la reprise du sport s’est soldée par un échec (les cours sont nuuuuuls) MAIS je dors comme un loir et j’apprécie le caaaaaaaaaaaalme extrême.

Plus que 3 semaines avant que mon cadeau de Noyel passé soit périmé, ce qui veut dire : vacances dans 3 semaines ! YOU-PI !

lundi, 05 septembre 2016

Retour aux sources

La campagne, ça vous gagne !
J'ai fait de la moissbat, et
aussi du tracteur, et c’était trop cool.
J’ai pas cuisiné (mais j’ai fait la vaisselle), j’ai même pas fait moi-même une machine ni ne l’ai étendue, c’était trop cool. On a fait un barbeuq presque tous les soirs et j’ai bu, midi et soir, un sauvignon blanc en cubi qu’il était rudement bon (toujours avoir des ami(e)s qui aiment le bon vin et savent où en trouver, toujours). Et ça, c’était vraiment trop trop cool.

Hashtag ta gueule
Évidemment, le concept de « vacances » quand tu as un marmot en bas âge est très différent des vacances au sens où on l’entend à savoir : faire la grasse mat’, faire la sieste, faire la bringue, se reposer.
Alors bien sûr il y a des parents qui refourguent leurs gosses aux grands-parents / à la famille sans vergogne (tant mieux pour eux), y’a ceux qui partent en vacances avec mais qui ne s’en occupent pas vraiment – je parle d’un bébé, pas d’un enfant capable de jouer seul tranquillement dans son coin pendant que ses parents chillent. Partir en vacances avec l’Asticot, c’est être en vacances, mais au rythme de l’Asticot. Pour moi ça ne change absolument rien à mon quotidien.
Bien entendu, ON m’a dit de me détendre (ta gueule), de profiter (PUTAIN TA GUEULE), après j’ai eu la variante « tu ne te détends pas suffisamment, profite plus » (MAIS TU VAS TE LA FERMER TA PUTAIN DE GUEULE ????) et cerise sur le pompon, le looooong (beaucoup trop long) laïus relatif au fait qu’il FAUT que j’apprenne à ?? me détendre, profiter et j’en passe. Les gens qui savent mieux que toi tsé, ceux-là même qui ont oublié qu’il n’y a pas si longtemps ils nageaient la tête dans la fange… STFU.

52.7
52 point 7
Cinquante-deux [putains de point] sept !!!
La dernière fois que j’ai fait ce poids là, j’avais 14 ans (j’ai vérifié sur mon vieux carnet de santé). Je pose ça ici parce que bon, il est fort probable que ce nombre soit revu à la hausse rapidement et par ailleurs, étant plus prêt des 40 balais que des 30 je m’en sors ma foi plutôt très bien, et sans rien faire qui plus est. Gloire à moi.
Rassurez-vous, j’ai probablement une masse graisseuse proportionnelle à tout le fromage et aux Pringles que je m’enfile on a daily basis, mais le gras c’est la vie surtout dans le confit, ne l’oublions pas.

Les 4400
1 mois 1/2 de recherches, 6 visites, à présent c’est fait, nouveau bail signé, yapuka. On a fait des travaux parce que #lesgens sont de gros dégueulasses, et ceux sont censés gérer des biens gèrent du pognon et c’est tout, on le sait bien.
Ça fait belle lurette que j’ai pas eu à ce point d’eczéma, je suis complètement paniquée à l’idée de me retrouver à 30 minutes des Hautes Instances, j’angoisse à mort de pas me faire à la région (déjà que je manque de vitamine D) MAIS je vais déjà économiser 30 euros sur l’année de sport et presque 300 euros sur les assurances, et aussi sur les crèmes puisque l’eau est moins calcaire (hé oui) ; si les planètes s’alignent je pourrai même avoir un temps partiel en crèche, j’ai déjà trouvé pas moins de 3 LAEP et un atelier enfant-parent, caycool. Pour fêter ça je vais me re-Julianne Moore-iser les cheveux :)

A présent faut synchroniser les montres pour boire des coups avec tout le monde avant de partir !

dimanche, 19 juin 2016

Nostomanie

La vie serait tellement plus simple si nous étions des micro-ondes. On devrait proposer ça comme sujet au bac philo, tiens.

Je n’ai plus le temps d’écrire sur ce blog, je poste rarement des photos sur l’autre, et pourtant, je ne me résous pas à les laisser… Alors quitte à ce qu’ils soient en jachère et que plus personne ne les lisent / regardent, ils perdurent, et moi avec eux.

Bref !

J’ai installé une appli de podomètre sur mon téléphone, et j’ai bien rigolé : je dépasse allègrement les 6.000 pas (le seuil recommandé), soit une jolie moyenne de 3,5 km / jour. Tu m’étonnes que je sois encore bien gaulée pour mon âge ^^
L’Asticot continue à faire la grève de la faim, 3 mois que ça dure il met mes nerfs à rude épreuve mais bon c’est comme ça.

En parlant de lui, j’avais fait une liste de prénoms potentiels (fille / garçon) et bien qu’il soit encore possible qu’il y ait un deuxième ptit bouchon, il y aura également 90% de chances que je refasse une MAP ; pour que cela n’arrive pas il faudrait que je passe 4 mois à faire du lard. Et c’est même pas dit que ça marche :/ !
Sans compter la culpabilité de ne pas pouvoir s’occuper du lardon n°1 pour la gestation du n°2, j’ai déjà fait un post-partum je tiens pas à en faire un second merci bien.
Un enfant, ça demande du temps, de la patience, de faire une croix sur le peu d’heures de sommeil qu’il nous reste d’être en forme et ça coûte de l’argent. Un, c’est déjà très bien, un qui n’est pas malade et qui grandit bien, c’est parfait. C’est triste, je fais mon deuil, c’est dur j’en chie, vraiment, mais il faut savoir être raisonnable.

A part ça ? Hé bien ça y est, nous avons décidé de prendre nos clics et nos clacs et de faire nos valises, pour de bon.

happy%20carlton.gif

Il n’y a que de bonnes raisons à cela : que l’Asticot se rapproche de ses grands-parents vieillissants, que le noyau familial se constitue un peu plus tant qu’il est temps, qu’on profite d’un cadre de vie moins stressant, que l’Asticot grandisse dans un environnement plus sain, sans compter la bouffe ++++ et les mégas économies de loyer.
Moi j’aime pas me maquiller et mettre des talons de 12 pour aller au supermarché. En 15 ans, ça n’a pas changé. Je suis une plouc et je le reste, la ploucitude c’est très bien. Et puis je ne me fais pas d’illusions, des cons, y’en a partout. Ils sont plus dispersés là où on va aller.

Depuis des mois je ne cesse de le répéter : le ras le bol s’est doucement mais sûrement installé. Ras le bol de vivre dans le South Far East, marre des odeurs de churros, des gens qui se ruent sur les glaces, des odeurs âcres d’huile solaire, des gens qui se regardent et qui pètent plus haut qu’ils n’ont leur cul, ras le bol de l’aigreur permanente des jeunes et des vieux, de la tension palpable où que tu sois, de l’incivisme quotidien, du non respect de rien sous prétexte que « c’est la tradition »… Parcmètres partout, envie nulle part.

Et tant pis pour la mer où je ne mets finalement pas les pieds, si on veut aller à la mer ou à la montagne ou à l’océan on sera au milieu c’est mieux ; tant pis pour le soleil, qui me manquera véritablement, je me réhabituerai au climat. Et puis j’ai fait la transhumance 15 ans d’affilée dans un sens, je peux la faire dans l’autre.
Tans pis pour les potes, les salles de concert où j’ai mes habitudes, il y aura d’autres potes et de nouvelles salles.
Tant pis pour les amis, qui resteront a priori des amis – et qui viendront probablement squatter, ou pas, je m’en fous. Finalement, j’ai aujourd’hui ce que j’ai toujours voulu avoir, j’ai beaucoup de chance. Tout le reste, c’est du bonus.

On a commencé à chercher notre nouveau chez-nous, bon je crois que je vais vider mon PEL pour faire appel à des déménageurs et ne plus me coltiner de cartons lol mais pour le reste, j’ai vraiment hâte.

Je vous laisse avec la meilleure scène d’un de mes films préférés.

21:06 Écrit par Anouchka dans In my Mind | Lien permanent | Commentaires (2) | Tags : blabla de fille, journal intime, toulouse

mercredi, 30 décembre 2015

J'ai tout mangé le chocolat

Le point Vigipirate
L’Homme s’est fait contrôler et fouiller au corps parce qu’il a une tête de terroriste lol, depuis le temps qu’il me dit qu’au bled il se fond dans la masse... ^^

Le point café au lait
Dire à une vendeuse antillaise le plus sérieusement du monde qu’on cherche un jean foncé, l’assurance d’un bon fou rire un peu jaune sur les bords.

Le lieu du crime
Suis retournée dans la boutique à côté de laquelle je m’étais fait taper sur la gueule. La boucle est bouclée, et c’est une bonne chose.

Bonne pour le service
D’aucuns disent que la grossesse modifie certaines choses d’avant (poids, formes, taille des pieds, qualité de la peau / des cheveux, vue), en ce qui me concerne il n’en est rien ! Mon super ophtalmo Jean-Louis David (véridique) me l’a confirmé : ni mieux, ni moins bien !

NMLQ
La Reine Mère qui pour une chrétienne, n’est pourtant pas toujours très charitable, a fait sa mine renfrognée comme sa mère avant elle car non, l’Asticot ne sera pas baptisé sauf s’il le décide LUI. Il ira donc probablement en enfer avec ses parents (OUUUUUUHHHH).

Du changement
Trop vite trop court et trop effilé surtout. Bon bah y’a plus qu’à prendre de la levure de bière à présent…

Toutes premières fois
L’Asticot est allé chez le coiffeur, s’est endormi dans la poussette, a fêté son premier Noyel avec non pas un mais deux sapins, et a déchiré ses tous premiers paquets cadeaux.
Les consignes ont été respectées à savoir : PAS TROP DE TRUCS, donc des choses utiles comme une cape de bain ou ses premières « vraies » chaussures, et des jouets, car il paraît qu’il « manque de jouets » cet enfant. C’est pour ça que rien ne l’éclate plus qu’un cordon de sweat shirt, une bouteille d’eau ou un tupperwear HUHU.

« 9 mois 1/2 ?? Vous avez de la chance !!! Vous avez allaité ? »
-– Non, et j’en suis très contente d’ailleurs. Mais à m’ment donné faut bien que les anticorps se fassent : l’Asticot a donc chopé la première rhino carabinée de sa vie, doublée d’une gastro sinon c’est pas drôle. 5 fois chez le Doc en 15 jours (dont 2 pour moi), Maman Koala a bien géré aidée par son assmat de mère, belle mise à l’épreuve pour mon arrêt des antidép !

koala.jpg

~ Photo aimablement sponsorisée par Elen qui n'a plus de blog ni de Tumblr (snif) mais que tu peux trouver sur Twitter ~

Et sinon
Le PGM a été privé de cadeau de Noyel pour cause de rênes en panne. J’ai lu le dernier Astérix et c’était bien nul ; l’Homme a fait le plein de Ballymaloe pour les 6 mois à venir et ça c’est bien cool o/ A presque un an d’écart je suis ENFIN allée au cinéma, vivement le prochain Star Wars d’ailleurs. On a déjà inauguré le service à raclette que Les Hautes Instances nous ont offert (tu pense bien :p), le lendemain de Noyel tant qu'à faire.
Je suis rentrée pour aller chez la kiné (oui oui) et faire les courses du réveillon (encore du champaaaaaaaaaaaaaaaagne), le tout avec une bonne crève refilée par mon fils, ça, c’est le cadeau de Noyel dont je me serai bien passée !

Allez bon bout d’an à celles et ceussent qui passent (encore ?) par ici, n’oubliez pas de vous en mettre jusque là !

19:21 Écrit par Anouchka dans Epices et Tout ! | Lien permanent | Commentaires (2) | Tags : blabla de fille, toulouse, noyel

mardi, 03 novembre 2015

Une semaine toulousaine

J’ai pris de l’essence, il a fait beau, j’ai peu dormi.
J’ai dansé sur les Beach Boys avec l’Asticot – qui a fait sa deuxième dent pour l’occasion.
J’ai acheté un jean, des croissants et des chocolatines, une poule à froufrous, des cuillères. J’ai repris de l’essence.

Et je me suis fait taper sur la gueule (j’essaye d’oublier tant bien que mal le choc post-traumatique mais c’est dur :/).

Je me suis fait couper les cheveux et la carte bleue aussi... Comme d'hab' j’ai sssssssssssuper bien mangé et bien bu.
Et puis je suis rentrée avec de la bouffe et du pinard à mettre au frais, le vent dans le nez.

L’Asticot a chouiné puis pleuré puis hurlé – ces 5 heures de route étaient très sympa !
Puis je me suis tapé le défaisage des sacs et le rangement des courses puisque l’Homme ne sait pas le faire apparemment. En cadeau supplémentaire m’attendait une montagne de linge enfin… mon linge et celui de mon rejeton puisque l’Homme a semble-t-il trouvé le mode de fonctionnement du lave-linge pour sa gueule. Ne jamais rien demander qu’on ne puisse faire soi-même, telle sera la leçon à retenir.

Repartir, vite.

10:38 Écrit par Anouchka dans Moi Je | Lien permanent | Commentaires (2) | Tags : blabla de fille, toulouse

dimanche, 20 septembre 2015

Septembre, 20e jour

Premières vacances
Partis chargés à bloc, l’Homme a joué à Tétris pour tout mettre dans le coffre. Aucune bouteille n’a été cassée dans l’histoire :)
J’ai passé des heures à faire et défaire les bagages (6 fois en tout), j’ai donc commencé les « vacances »… sur les rotules. Les « vacances », cette notion toute particulière lorsque tu es maman à plein temps.

Semaine 1
J’ai mangé des churros pas bons (ce furent les seuls de cet été), j’ai eu un nombre d’insomnies affolant, et on a emmené l’Asticot à la plage.
En secouant la nappe par-dessus le balcon mon briquet a pris la poudre d’escampette, tout comme le mec qui m’a klaxonné en bagnole alors que j’étais en short et en train de prendre une photo. Je suis restée impassible mais l’Homme, resté dans la voiture à ce moment-là, a grave jalousé héhé :)

L’Homme qui a failli choir sur une figue de Barbarie et s’est fait attaquer par un olivier héhé bis ; j’avais oublié à quel point ça fait du bien de se marrer et de se moquer :D
On aurait pu se faire livrer une pizza en Twiggy, pour autant nous avons préférer aller manger dans un super bon resto que nous affectionnons, resto qui propose de temps à autres des menus spéciaux en collaboration avec les frères Pourcel – rien que ça. Comme quoi mieux vaut ne pas forcément être un chef étoilé (« notre » bon resto habituel en a gagné une, augmentation des prix et baisse de qualité de l’assiette). Bref l’Asticot s’est couché tard, on l’a bien payé les soirs qui suivirent :/

Puis j’ai refait des lessives du ménage et des sacs et nous avons transhumé en passant par les châteaux cathares.

Semaine 2
La Crèche Sympa nous a finalement rappelés pour nous proposer une place (avec un millier de papiers à fournir), mais compte tenu du fait que nous ne savons pas où nous serons dans 6 mois nous avons dû décliner. La directrice m’a dit : « Vous savez, lorsqu’une porte se ferme il y a toujours une autre porte qui s’ouvre » - c’est sans doute vrai.
En attendant, aucune hypothèse, aucune projection, nous déménagerons d’ici au printemps prochain voilà.

37

37.gif

J’ai été pourrie gâtée en avance o/, le Grand Chef a refait ma cave de blancs <3, l’Asticot a été pourri gâté avec une larmichette de champ’ en prime, la Reine Mère s’est faite opérée, quant à moi je suis désormais sous « régulateur d’humeur », ce qui ne m’a pas empêchée de pleurer à chaudes larmes au retour.

Le retour
C’est toujours difficile de réaliser que tu n’aimes plus où tu vis et qu’il faut pourtant y retourner, que le climat au fond, c’est bien mais pas si top, que les gens peuvent être gentils, polis, humains, mais vraisemblablement pas là, que la bouffe est nase, et que tu en as ras le bol car en 14 ans t’as fait le tour et qu’il est temps que ça se termine.
Et puis les voisins n’ont toujours pas dégonflé le nid à moustiques qui leur sert de piscine, j’en peux plus de ces gens #lesgens.

Heureusement
Ma bonne copine rencontrée en Egypte est venue nous faire un coucou et y’a pas à dire : hormis notre ressemblance physique qui pourrait faire croire que je suis sa grande sœur, elle est facile à vivre, toujours la patate, réfléchie, jamais méchante, toujours de bon conseil, à l’écoute, critique quand il le faut, bon délire bref : l’Homme est fan (c’est assez rare pour le signaler) et pour ma part, ça me change des ondes négatives environnantes (pour lesquelles je reste à distance, trèèèèès à distance). Il semble donc qu'un tri automnal arrive à grands pas !

15:27 Écrit par Anouchka dans Epices et Tout ! | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : blabla de fille, toulouse, banyuls

mercredi, 27 mai 2015

Mai, 27e jour

Le sud-ouest
Nous avons transhumé, encore eu des cadeaux pour l’Asticot qui lui a été absolument perturbé par le changement :(((((, je suis encore plus crevée qu’avant le départ, j’ai vu Poto et sa jambe de bois, et ramené de la bouffe de qualitay puisque apparemment il n’y a que dans le SFE que l’on trouve des produits locaux, bons, et qui ne coûtent pas un rein.

La ruine
Nous avons aussi ramené une nouvelle poussette, un bel investissement nécessaire pour l’Asticot mais qui fait néanmoins bien mal au cul.

Foutage de gueule
J’ai un petit peu l’impression que Pol se moque de moi : à la fin de ton congé mater tu dois te réinscrire (comme ça les chiffres du chômage sont en hausse lol), sauf que tu reçois par la suite un joli dossier que tu dois remplir, dossier qui est l’exacte réplique de celui qui t’as pris un temps infini à faire sur internet (il faut jeter le webmaster dans un feu avec un poids attaché au pied), mais avec des PIÈGES, c'est-à-dire des fautes / inexactitudes qu’on se demande bien comment elles sont arrivées là. Ensuite tu dois fournir 50.000 justificatifs (16 pages précisément, j’ai compté), je te jure plus jamais de ma vie je bosserai dans du papier tellement ça me fait vomir à présent.

Bravo le veau !
J’ai fait teinter les vitres de la Titine, et depuis je ne peste plus contre ce p*tain de film électrostatique de m*rde qui se décollait pendant la nuit – le fourbe. Ceci étant, les voitures de prêt c’est bien, les chars d’assaut qui n’ont aucune reprise et qui galèrent dans les montées, ça l’est beaucoup moins.

Planning surchargé
J’ai pris rendez-vous chez le kiné, chez le dentiste, chez l’ORL, pour mon écho, j’ai appelé l’aquagym pour me réinscrire, relancé la crèche ; ne reste plus que l’ostéo et on sera bon.

Auto-évaluation
Et zéro motivation surtout. J’ai donc commencé la rééduc hahaha des exercices à faire chez soi hahahaha mourir. Comme à l’école lorsqu’on te donnait des devoirs à faire, et que tu attendais la veille voire le jour J pour les faire (coucou Cracotte). Il a même fallu que j’achète un ballon.

Le syndrome du ventre vide
Je pensais que j’arriverais à passer au-dessus toute seule, la vérité est toute autre. Je vois donc une psy spécialisée en maternité. « Sage décision » qu’on m’a dit – et beaucoup de Kleenex jetés en perspective.

98
C’est le nombre de grains de beauté que l’Homme dit avoir compté sur ma peau diaphane.
C’était vraiment très très intéressant.

samedi, 03 janvier 2015

Et bonne année grand-mère

Pour Noyel, l’Homme m’a offert une crève carabinée. Etre malade, ça n’est pas drôle, mais être malade enceinte, c’est vraiment pas cool.
Tous les soirs l’Asticot fait la java dès 23h, déjà que rester assise est devenu compliqué, je passe le reste du temps allongée. De toute façon le verdict a été sans appel : ce sera comme ça jusqu’à la fin, mon utérus n’en faisant qu’à sa tête malgré le repos. Il faut aussi que je songe à tuer le Chat de l’Enfer, mais ça c’est une autre histoire.

A part ça j’ai eu 4 tonnes de cadeaux dont un shooting photo <3, des cadeaux pour l’Asticot bien sûr mais personne n’a été en reste, à commencer par les Hautes Instances.
Nous avons mangé que des trucs trop bons qui déchirent leur mère : pintade aux patates douces, boudin aux pommes, saucisse de Toulouse (what else), confit (pas gras) et pommes sarladaises, et j’ai fait une cure de couronne des rois.
Et cerise sur le gatal, j’ai vu Poto qui m’a serrée fort fort dans ses bras en me touchant mes [gros] nichons (c’petit merdeux, incorrigible ^^).

Pour terminer, le lol de ce début d’année : être bloquée par « une personne » sur un réseau social. Mouahaha. Mille ans après tsé. Le blocage n’aura lieu qu’à sens unique – tout comme cette histoire du reste – puisque encore une fois, on s’en bat les steaks, surtout moi. Il fallait néanmoins que je l’écrivisse pour ne pas oublier que les pages se tournent vite, et bien.

Cette année de toute manière une nouvelle page va s’écrire, et oui, j’ai très hâte :)

15:59 Écrit par Anouchka dans Sous la Couette | Lien permanent | Commentaires (2) | Tags : blabla de fille, noyel, toulouse

mercredi, 17 décembre 2014

Décembre, 17e jour

Passion faire du lard
Voilà bientôt 3 semaines que je suis alitée. « Suractivité » qu’il paraît.

just%20my%20mind.jpg

En fait, ce que je pensais être l’Asticot qui pousse n’était en fait rien de tout ça, mais une réaction épidermique semble-t-il à la fatigue (oh tiens), au stress / tensions (meuh non). Méga contractions utérines et repos forcé sous peine de finir à l’hosto.
Je n’ai donc pas d’autre choix que de ne plus conduire, ni me faire conduire, et ne plus rien faire du tout si ce n’est du lard – ça tombe bien, j’en avais pas assez sur mon cul :’(

Mourrance et tristitude
Interdit de rester debout longtemps à préparer de bons petits plats, interdit de s’occuper des plantes et du jardin, tout juste ai-je pu faire le sapin (ça m’a pris mille ans, et je l’ai bien senti dans le bide, merci bien).
Etre obligée d’envoyer l’Homme à la pharmacie, à la poste, et même faire des courses (il me texte ses aventures en live, c’est très drôle).
Et toujours le Chat de l’Enfer qui continue de me les briser menus. Pour corser le tout, ma BM, cette personne néfaste et surtout non-existante, est au courant pour l’Asticot. Il vaut mieux pour elle qu’elle reste à distance c'est-à-dire très très loin, car déjà qu’auparavant je montrais les dents, avec un alien dans le bide elle aura droit aux griffes en prime.

Je rêve ou il y a une surprise ?
Certes, je ne comptais pas acheter mes cadeaux de Noyel autrement que par internet, mais de là à ne plus pouvoir mettre le nez dehors…
Heureusement l’Homme m’a acheté des After Eight et j’ai reçu un beau bébé de 50kg ; les cadeaux en avance c’est comme les cadeaux en retard : ça met grave du baume à mon petit cœur tout malmené en ce moment (passe le bonjour à la culpabilité et n’oublie pas de bien t’assoir sur l’orgueil qu’il te reste).

Allez, joyeux noyel !
J’ai donc fait mon premier monitoring, d’où il ressort que même au repos, mon utérus fait des bonds. C’est bien parti pour durer jusqu’au démoulage, enfin l’important c’est que l’Asticot aille bien.
Vivement dimanche que je prenne le gros navion pour Toulouse, pour… continuer à faire du lard (ou du confit, qui sait), et aussi une écho et des prises de sang. Faudrait pas que je perde la main d’ici à l’année prochaine, hein !

11:45 Écrit par Anouchka dans Epices et Tout ! | Lien permanent | Commentaires (2) | Tags : blabla de fille, noyel, toulouse

 
Le Grand Souk | Anouchka © 2005-2017