Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

dimanche, 03 juillet 2016

Was für eine Küche

Nous sommes donc partis, en vacances, à l’étranger.

L’Asticot a pris l’avion pour la première fois, l’avion qui fait « vvvvvvvv » comme le fait aussi la machine à café, le micro-ondes, et globalement tous les trucs qui font du bruit.

Il n’a vu aucun problème à squatter le lit de son p’tit pote, sa table à langer et globalement de lui piquer tous ses jouets. Par contre, pour ce qui est de prêter sa mère, ça n’a pas été la même histoire – surtout lorsqu’il a vu que le p’tit pote me faisait des câlins / jouait avec moi. Du coup il n’a eu d’yeux que pour son père, et a continué sa grève de la faim.
On a réussi à les mettre tous les deux en même temps à la sieste, au lit, dans le bateau gonflable, et dans le canapé-hamac gonflable, j’ai ENCORE pris un coup de soleil #laroutine, j’ai pas fait à manger et j’ai même fait la sieste, j’ai bu du vin quasiment tous les soirs et du coca tous les jours, l’Asticot s’est mis à marcher grâce au trotteur de son ptit pote, bientôt il aura 18 ans *mourir*

Bref, c’était TROP BIEN.

Et puis nous sommes rentrés.

À la sortie de l’aréoport par mille degrés on a croisé 4 mecs avec des Famas, ça nous a bien tendus ; puis on a mis 1h30 pour rentrer à cause des bouchons partout, c’était formidable.
Nous avons retrouvé les cigales de merde et le vent de merde, l’eau est à -8.000 c’est hyper pratique pour aller à la plage : tu cuis dehors mais tu te gèles dedans, option exfoliation gratuite.
Je suis rentrée avec la crève (merci le yoyo des températures + la clim), je l’ai refilée à l’Asticot, en fait c’est simple depuis janvier je suis tous les mois malade, donc autant partir au far west. Enfin ça, c’est pas gagné puisque je n’arrive pas à obtenir de rv pour des visites, ce qui ne me met pas du tout en rogne, non non.
La bonne nouvelle c’est qu’on a les sous pour prendre des déménageurs o/

Terminons par une note rigolote : l’Asticot s’est fait draguer ouvertement pour la première fois de sa vie.
D’ordinaire les grands-mères / dames / jeunes femmes / ados / enfants / bébés de sexe féminin lui sourient, ou disent « il est beau le bébé », ou les deux. Et lui de répondre par son sourire charmeur, l’air canaille. Et elles fondent, toutes.
Cette fois-ci, une petite fille de 7 mois s'approche de l'Asticot, lui marche à 4 pattes vers elle, qui rampe vers lui. Elle est complètement hilare, elle le dévore de ses grands yeux bleus, on sent qu’elle n’a qu’une envie : le bouffer lol. Il s'arrête, intrigué, elle continue de ramper, mue par l’envie, jusqu’à arriver à 2cm de son visage. Elle s’assoit, l'Asticot s'arrête net et ne bouge plus… et sans un regard à la vitesse de l’éclair il se détourne et se casse.
Simplement magnifique.

cartman.gif
 

22:31 Écrit par Anouchka dans Moi Je | Lien permanent | Commentaires (2) | Tags : blabla de fille, journal intime

dimanche, 19 juin 2016

Nostomanie

La vie serait tellement plus simple si nous étions des micro-ondes. On devrait proposer ça comme sujet au bac philo, tiens.

Je n’ai plus le temps d’écrire sur ce blog, je poste rarement des photos sur l’autre, et pourtant, je ne me résous pas à les laisser… Alors quitte à ce qu’ils soient en jachère et que plus personne ne les lisent / regardent, ils perdurent, et moi avec eux.

Bref !

J’ai installé une appli de podomètre sur mon téléphone, et j’ai bien rigolé : je dépasse allègrement les 6.000 pas (le seuil recommandé), soit une jolie moyenne de 3,5 km / jour. Tu m’étonnes que je sois encore bien gaulée pour mon âge ^^
L’Asticot continue à faire la grève de la faim, 3 mois que ça dure il met mes nerfs à rude épreuve mais bon c’est comme ça.

En parlant de lui, j’avais fait une liste de prénoms potentiels (fille / garçon) et bien qu’il soit encore possible qu’il y ait un deuxième ptit bouchon, il y aura également 90% de chances que je refasse une MAP ; pour que cela n’arrive pas il faudrait que je passe 4 mois à faire du lard. Et c’est même pas dit que ça marche :/ !
Sans compter la culpabilité de ne pas pouvoir s’occuper du lardon n°1 pour la gestation du n°2, j’ai déjà fait un post-partum je tiens pas à en faire un second merci bien.
Un enfant, ça demande du temps, de la patience, de faire une croix sur le peu d’heures de sommeil qu’il nous reste d’être en forme et ça coûte de l’argent. Un, c’est déjà très bien, un qui n’est pas malade et qui grandit bien, c’est parfait. C’est triste, je fais mon deuil, c’est dur j’en chie, vraiment, mais il faut savoir être raisonnable.

A part ça ? Hé bien ça y est, nous avons décidé de prendre nos clics et nos clacs et de faire nos valises, pour de bon.

happy%20carlton.gif

Il n’y a que de bonnes raisons à cela : que l’Asticot se rapproche de ses grands-parents vieillissants, que le noyau familial se constitue un peu plus tant qu’il est temps, qu’on profite d’un cadre de vie moins stressant, que l’Asticot grandisse dans un environnement plus sain, sans compter la bouffe ++++ et les mégas économies de loyer.
Moi j’aime pas me maquiller et mettre des talons de 12 pour aller au supermarché. En 15 ans, ça n’a pas changé. Je suis une plouc et je le reste, la ploucitude c’est très bien. Et puis je ne me fais pas d’illusions, des cons, y’en a partout. Ils sont plus dispersés là où on va aller.

Depuis des mois je ne cesse de le répéter : le ras le bol s’est doucement mais sûrement installé. Ras le bol de vivre dans le South Far East, marre des odeurs de churros, des gens qui se ruent sur les glaces, des odeurs âcres d’huile solaire, des gens qui se regardent et qui pètent plus haut qu’ils n’ont leur cul, ras le bol de l’aigreur permanente des jeunes et des vieux, de la tension palpable où que tu sois, de l’incivisme quotidien, du non respect de rien sous prétexte que « c’est la tradition »… Parcmètres partout, envie nulle part.

Et tant pis pour la mer où je ne mets finalement pas les pieds, si on veut aller à la mer ou à la montagne ou à l’océan on sera au milieu c’est mieux ; tant pis pour le soleil, qui me manquera véritablement, je me réhabituerai au climat. Et puis j’ai fait la transhumance 15 ans d’affilée dans un sens, je peux la faire dans l’autre.
Tans pis pour les potes, les salles de concert où j’ai mes habitudes, il y aura d’autres potes et de nouvelles salles.
Tant pis pour les amis, qui resteront a priori des amis – et qui viendront probablement squatter, ou pas, je m’en fous. Finalement, j’ai aujourd’hui ce que j’ai toujours voulu avoir, j’ai beaucoup de chance. Tout le reste, c’est du bonus.

On a commencé à chercher notre nouveau chez-nous, bon je crois que je vais vider mon PEL pour faire appel à des déménageurs et ne plus me coltiner de cartons lol mais pour le reste, j’ai vraiment hâte.

Je vous laisse avec la meilleure scène d’un de mes films préférés.

21:06 Écrit par Anouchka dans In my Mind | Lien permanent | Commentaires (2) | Tags : blabla de fille, journal intime, toulouse

dimanche, 05 juin 2016

Tchi Tchah

Tu croyais ce blog à l’abandon ? Hé ben non !

En attendant un « véritable » post à venir – en préparation depuis des semaines (notamment dans ma tête parce que manque de temps), voici une liste exhaustive des films vus depuis le début de l’année. Ne me remercie pas, c'est pour les soirs où tu t'ennuies.

# La pépite :

- Je suis mort, mais j’ai des amis (2015) : du rock, du loufoque, un film belge dans tous les sens du terme à voir ABSOLUMENT.

# Les daubes à (vite) oublier :

- Spectre (2015) : Je me suis demandé durant tout le film si le costume de James allait exploser à l’entrejambe (la réponse est : non) (dommage, ç’aurait été drôle). Sinon beaucoup de bruit pour vraiment, mais alors, vraiment rien.
- A vif (2015) : Bradley Cooper est un chef cuisto qui sort de désintox et veut une troisième étoile. Omar Sy parle anglais (Wall Street Institute lol) et Sienna Miller est parfaite. C’est tout.
- Les nouvelles aventures d’Aladin (2015) : film ode à Kev Adams, pâle copie d’Astérix et Cléopâtre, on est très loin de l’esprit Chabat… et c’est même pas drôle.
- Deadpool (2016) : on m’avait dit que c’était drôle, et c’est vraiment… nul à chier.
- Célibataire mode d’emploi (2016) : scénario nase, interprétation nase. Nase.
- Avé César (2016) : pâle imitation d’un Wes Anderson, un mauvais film des frères Cohen, ennuyant et mou. Dommage car les acteurs sont individuellement parfaits.

# Les films bof :

- Le nouveau stagiaire (2015) : Robert De Niro est veuf et il s’ennuie ferme dans son quartier de Brooklyn où il a grandit et travaillé toute sa vie. Il postule alors comme stagiaire dans une entreprise de vêtements en ligne dirigée par Anne Hathaway. Mignon.
- The Walk (2015) : l’histoire du funambule Philippe Petit qui, en 1974, traversa le World Trade Center d’une tour à l’autre. Un peu long.

# Les films pas mal :

- Seul sur Mars (2015) : Matt Damon se retrouve seul sur Mars, tout le monde le croit mort, et en plus il n’a même pas de ballon de volley. C’est un mélange de Home Improvement ft Abba, c’est bien joué, y’a plein d’acteurs qu’on a déjà vus mais dont on a oublié le nom surtout, plein de patates, et Jessica Chastainnnn ne sert à rien.
- Antigang (2015) : Jean Réno est à la tête d’une équipe d’intervention de la BRI. Un mix entre Dobermann, Nid de Guêpes, et Point Break. Mention spéciale pour Alban Lenoir, inconnu au bataillon jusqu’alors et qui est juste génial.
- Prémonitions (2015) : Anthony Hopkins a des visions intuitives. Son ex-collègue du FBI lui demande de l’aider à arrêter un serial killer ayant les mêmes dons que lui.
- Steve Jobs (2016) : Les premières minutes des 3 principaux lancements qui auront marqué la carrière de Steve Jobs. Très bien monté et très instructif quant au fieffé connard mais néanmoins excellent communiquant à l’intuition à nez creux qu’il devait être. Kate Winslet est comme à son habitude, parfaite.
- Criminal Activities (2015) : A la sortie d’un enterrement, 4 potes décident de faire un investissement risqué en bourse, qui leur vaudra de se frotter à la Mafia… John Travolta a beaucoup trop de botox et de fond de teint, mais le casting est impeccable et le scénario bien ficelé. Bonne surprise.
- Seul contre tous / Concussion (2015) : un médecin nigérian enquête sur la mort de joueurs de football américain liée aux nombreuses commotions cérébrales durant leur carrière. Will Smith y est très juste.
- Misconduct (2016) : Josh Duhamel, un ambitieux avocat, doit faire équipe avec Al Pacino pour faire tomber Anthony Hopkins, un magnat de l’industrie pharmaceutique. Mais tout ne se passe pas comme il le voudrait…
- Joy (2015) : l’histoire vraie d’une mère célibataire qui inventa un balai-serpillère auto-essorant.
- Dirty Grandpa (2016) : Robert De Niro vient d’enterrer sa femme ; après des années de fidélité, il ne veut plus qu’une chose : partir en Floride, et baiser. Il embarquer son petit fils (Zaf Efron) avec lui.

# Les bons films :

- Discount (2015) : Les employés d’un discount alimentaire sont menacés de licenciement économique. Ils décident de voler les invendus du magasin et de créer une épicerie solidaire. Très juste, un film qui donne envie de survie.
- Sicario (2015) : Sicario signifie tueur à gages. Emily Blunt, jeune agent du FBI, est envoyée à son insu à Ciudad Juarez au Mexique, une des villes les plus dangereuses du monde où les trafiquants de drogue sont rois. Bien qu’il ne soit pas sans rappeler « Traffic » de Soderbergh, le film est noueux, haletant. Benicio del Toro y est tout simplement brillant.
- Creed (2015) : comme son titre complet l’indique, il s’agit là de « l’héritage de Rocky Balboa », film dérivé des Rocky impeccablement joué par Stallone.
- Spotlight (2015) : Tirée de faits réels qui leur valurent le prix Pulitzer, l’enquête d’un groupe de journalistes d’investigation sur des prêtres pédophiles. Brillant.
- The Big Short – le casse du siècle (2015) : En 2005 à Wall Street quatre requins de la finance misent sur la crise qui se profile. Un bon film – malgré des termes techniques complexes !

 To be continued...

19:59 Écrit par Anouchka dans Tchi Tchah | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : blabla de fille, médias

samedi, 02 avril 2016

Quoi de neuf, doc ?

Je suis une cerne géante tant je dors peu et surtout mal depuis… trop longtemps. Je vois des films (je vous conseille notamment Criminal Activities, Spotlight, The Big Short [attention c’est velu] et surtout le génial Je suis mort mais j’ai des amis).
Mon temps est évidemment à 90% occupé par mon nain, ce qui me laisse un temps infime pour le reste et surtout pour bloguer. Pas que ma vie soit des masses intéressantes (elle ne l’était pas plus avant du reste) mais là j’avoue que pffffffffffffffffff pas le temps du tout, quand ce n’est pas la fatigue et donc la flemme de me poser devant l’ordi après 20h.
Forcément le seul jour où je trouve du temps pour pondre un post la box a choisi de décéder *environ de mourir* mais HEUREUSEMENT il y a un modem adsl qui traîne et quelqu’un qui sait s’en servir o/

Bref. Nous avons fêté les 1 an de l’Asticot. Et là tu te souviens soudainement de touuuuuuuuuuuus les gens qui t’ont dit « tu verras, ça passe sssssuper vite » et tu réalises qu’ils avaient raison les cons, ça passe vraiment sssssuper vite.
Lorsque je revois les photos, c’est le trou noir… par exemple je ne me souviens pas lorsque la sage-femme me l’a posé sur les seins tellement j’étais en état de choc et ça me contrarie (sachant par exemple que je me rappelle comment était disposée ma chambre ce dont on se fout complètement) mais bon. J’ai ainsi décidé de faire l’autruche, déjà que j’ai une mémoire de poisson rouge j’ai abandonné l’idée de me souvenir de tout, c’est impossible. Je vis au jour le jour, je prends des tas de photos, je filme, je kiffe, voilà. Pas toujours hein, mais la plupart du temps quand même.

Sinon ça fait un mois que je rêve quasiment toutes les nuits que je suis enceinte, tout va bien :(

A part ça, j’en air ras le bol du vent, et du froid, de l’humidité, des températures trop chaudes, de la pluie et des connards au volant. Tsé quoi je vais me retrouver dans la ville où le taux de chômage est le plus bas (Rodez), peut-être dans la cambrousse avec des ploucs mais pei-narde. Quitte à ce que ce soit comme mère célibataire jobless moneyless et friendless (ouais, j’aime les challenges).
Ça fait des mois que ça dure, ça n’était certes pas tout rose avant (ça ne l’est jamais vraiment), c’est lentement mais sûrement parti en couille – d’aucuns diront qu’avec l’arrivée d’un enfant « c’est normal » (gnnnnnnnnnnnnnnnnnn) mais là ça part vraiment à veau l’eau. Mon « couple » ne tient plus qu’à un fil, et pour la faire courte j’en ai tellement plein le cul que j’ai plus envie de faire d’efforts.
Être malheureuse pour que l’Asticot grandisse auprès de ses deux parents c’est pas forcément lui rendre service. La messe n’est pas dite mais si je me casse, je prends le fils sous le bras et ça ne sera pas pour aller encore plus à l’est.

Dans les bonnes nouvelles car il y en a quand même, j’ai terminé mes séances de rééduc pour le dos ! Bon j’ai toujours mal mais les articulations crient en silence jusqu’à ce qu’elles se réveillent donc je me fais à l’idée de souffrir le restant de ma vie, mal foutue je suis mal foutue je vieillirai. Et sans Tramadol si possible.
J’étais tellement contente que j’ai fait faire des semelles chez le podologue et que la même semaine, j’ai ENFIN trouvé LA paire de chaussures de sport de mes rêves, genre lorsque tu mets le pied dedans
t’es en chausson et tu cours soudainement le Marathon de Paris (si si).
Reste à soigner la tendinite du coude droit (j’ai fini le gauche), peut-être qu’ensuite je n’aurais plus mal « que » au dos haha :/

Pour terminer, j’ai trouvé un coiffeur moitié moins cher que le mien, qui pour mémoire m’a tellement raté la fois dernière que je ressemble depuis à un épagneul breton. Je vais donc prendre un risque mais un risque moindre et changer de tête, encore. Croisez les doigts pour que cette fois ne soit pas un carnage.

20:27 Écrit par Anouchka dans Moi Je | Lien permanent | Commentaires (2) | Tags : blabla de fille, journal intime

mercredi, 17 février 2016

De quoi j'me mêle ?

On l’a déjà dit mais malheureusement on le répète encore : il serait bon que chacun s’occupe de son cul. Je certaine que le monde fonctionnerait mieux si chacun appliquait ce précepte à lui-même – et balayait devant sa porte avant celle du voisin accessoirement.

L’Asticot m’ayant refilé son rhume je suis malgré tout de relative bonne humeur, sauf lorsqu’il s’agit d’interagir avec mes concitoyens, surtout un mercredi, surtout un mercredi de vacances scolaires. D’ordinaire soyons francs, ça me casse les c*uilles : j’aime pas que les gens viennent me parler, même si les 3/4 du temps c’est gentil ça me saoule.

Tout a commencé au supermarché. Y aller un mercredi de vacances scolaires est un bon plan, surtout lorsqu’il fait beau comme ce fut le cas aujourd’hui. Pas un chat dans les rayons. Je fonce à la caisse libre-service, pendant que je scanne mes articles l’Asticot décide de se rebeller : il s’enlève sa sucette, pousse un cri, défait son lacet de chaussure, s’enlève la chaussure, vire la chaussette. Entre temps j’avais payé, je récupère chaussure et chaussette, remet la sucette, enfourne toutes les courses en vrac dans le panier sous la poussette, le petit pied nu s’agite sévère, je récupère le ticket de caisse pour ouvrir la barrière lorsqu’un gars du supermarché me demande si je veux bien prendre 5 minutes pour vérifier mes achats en les rescannant… [grmbmglbmblr intérieur] J’ai été gentille et polie et souriante (je suis malade) mais no way José, tu vois bien que c’est pas franchement le moment idéal là donc oublie-moi et laisse-nous nous barrer.

Vînt ensuite le temps de la promenade.
Le mercredi, les gens qui promènent errent l’air paumé. Des mères seules, des familles, des vieux. Bon les vieux c’est partout, tout le temps, à force on s’habitue. Pour les autres, je me demande si ces gens-là travaillent, des fois (obviously la réponse est : non / pas le mercredi).
Mais le mercredi des vacances scolaires, c’est la 11e (méconnue !) plaie d’Égypte : sur l’échelle de la douleur dans le fion elle se situe aux environs de 12.000. Tu peux te dire que changer de lieu de promenade changera la donne ? Que nenni.

Partout des vieux, des tas de vieux, et des familles avec des gamins qui ne crient pas mais qui hurlent, tout le temps ; alors certes on me répondra qu’un gamin a besoin de s’exprimer, qu’un gamin ça crie, oui anéfé c’est normal ; néanmoins un gamin qui hurle a priori sans raison déjà c’est peut-être parce que ses parents gueulent sans arrêt pis ptêt que tout le sucre qu’on lui refile n’y est pas étranger (je dis ça je dis rien)… Bref.
Les mêmes gens errent, tels des zombies, traînant les pieds, poussant des poussettes, des landaus, des tricycles, des trottinettes vides, des vélos vides. Ils prennent toute la place sur le trottoir, s’étalent encore plus en largeur dès que cela est possible, sont étonnés que d’autres adultes les dépassent, « sans doute pressés » doivent-ils penser.

Je finissais de donner son goûter à l’Asticot lorsque Mawie-Théwèz m’aborda… au début j’ai cru qu’elle voulait que je lui fasse de la place sur le banc, tout en vaquant à mes occupations j’ai vaguement prêté attention à ses propos (« vous parler » […] « solutions » […] « conflits familiaux ou de couple »…) et vu au même moment qu’elle sortait de sa besace un fascicule. STOOOOOP !!! Zombies, mercredi, vacances scolaires, et manquait donc un ersatz de témoin de Jéhovah.
« Bou sabez je de crois pas en Dieu » lui répondis-je aussi aimablement qu’il m’ait été possible… Désarmée par la rapidité de ma réponse n’ayant pas commencé à me parler de quoi que ce soit de concret, elle essaya d’aborder le sujet d’une autre manière, et alors que je continuais mes petites affaires je voyais son fascicule s’agiter vers ma main… Je dus réitérer plus fermement toujours en souriant ce qui mit fin à ce court échange qui me sembla durer une éternité. LAISSEZ-DOUS DRANGUILLES MERDE.

Afin d’éviter la horde de zombies au retour de la promenade (passées 16 heures ils sont plus nombreux) j’ai marché à contresens sur la piste cyclable. Personne sur mon chemin hormis le soleil jusqu’à ce que je croise un type qui pédalait comme un facteur, et qui a trouvé bon 1. d’ouvrir sa gueule pour me dire que 2. attention MADAME j’étais sur une piste cyclable. Un « connard » eût été de bon aloi mais je me suis donc contentée d’un « une poussette ça a des roues merci monsieur ». Pfff, même ma répartie est balade.

Finalement vivre à la campagne c’est bien. Ou vivre dans une grotte, mais y’a pas la fibre (hé oui, j’ai toujours aimé cette référence) et pour promener alentours c’est pas forcément facile.
En attendant, vivement que les vacances scolaires soient terminées hein, que mon rhube puisse aller en paix.

21:12 Écrit par Anouchka dans Fas Cagat | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : blabla de fille, santé

mardi, 02 février 2016

Février, 2e jour

Extrême maigritude
Pas voulue et pas maigreur mais tout de même je n’ai jamais aussi peu pesé en plein hiver ni de ces 20 dernières années. Je n’ai rien fait pour, mais je flotte dans mes jeans et mes pulls ce qui n’est pas très joli. Avantage : pouvoir manger des pizzas 2 soirs d'affilée, chose que je n'ai même pas pu faire enceinte !

Crevée
1 mois que j’ai un sommeil merdique (ie : partiel, ponctué de réveils parce que mal au dos), des journées de 12 voire 13 heures, le premier qui me dit qu’être femme au foyer c’est pas du boulot je lui en colle une.

Passion kiné
Dos 25e séance (and counting). Coude gauche 3e séance. Coude droit à suivre évidemment. Mon conseil : n’attendez pas de vous soigner ça n’en sera que pire plus tard.

Faudrait
Que je reprenne le sport mais la flemme + la fatigue + l'Asticot ont eu raison de ma motivation. Après les vacances scolaires ?

Oops
L'homme m'a commandé un nouveau smartphone puisque le mien est décédé. Une semaine plus tard pas de nouvelles... enfin si : la commande a été annulée. Comment te dire... *sigh*

Grrrr
C'est l'hiver il fait tout le temps gris c’est déprimant (il paraît qu’il fait tout le temps beau en Provence, haha), et 15 degrés c’est idéal pour la crève. Demande à l'Asticot qui « fait son immunité », à peine remis de sa crève de Noyel rebelote ! Je me sentirai bien des VACANCES tiens !

 

21:04 Écrit par Anouchka dans Epices et Tout ! | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : blabla de fille

dimanche, 03 janvier 2016

Tchi Tchah

Avec un peu de retard la suite des films vus l’année dernière !

# Les daubes à (vite) oublier :

- Les vacances du Petit Nicolas (2014) : Généralement, les adaptations ciné de bandes dessinées sont très éloignées des originales, et / ou ratées. Celle-ci ne fait pas exception, on s’ennuie.
- Black Storm (2014) : Richard Armitage vs un énorme ouragan. Dans « Twister » les vaches volaient, quelques 20 ans plus tard ce sont des avions… plus c’est gros, plus ça fonctionne !
- Diversion [Focus en VO] (2015) : Will Smith, escroc « professionnel », tombe amoureux d’une pickpocket.
- Une nouvelle amie (2014) : Anaïs Demoustier déprime après la mort de sa meilleure amie, Isild Le Besco. Le mari de cette dernière et père de sa fille, Romain Duris, décide de se travestir en elle « pour sa fille », à moins que ce ne soit pour eux… Romain Duris est parfait (César du meilleur acteur en 2015) mais reste un film dérangeant voire hyper glauque, où la pseudo quête d’identité finit en wtf le plus total. Découvert avec Swimming-pool que je n’ai pas compris (avec Charlotte-je-tire-la-gueule-Rampling et Ludivine-je-fais-la-belle-Seignier), puis avec Ricky (le bébé qui vole et qui en fait est un démon !), François Ozon devrait définitivement faire une très longue psychothérapie au lieu d’infliger ses nombreuses névroses aux spectateurs…
- San Andreas (2015) : Dwayne Johnson aka The Rock et sa famille se retrouvent en danger lorsque la faille de San Andreas s’ouvre. C’est téléphoné, complètement absurde (toi aussi fait du hors-bord sur une monstrueuse vague de tsunami), un vrai film catastrophe américain en somme – attention spoiler : les protagonistes s’en sortent à la fin, forcément.
- Magic Mike XXL (2015) : Mr Patate aka Channing Tatum se déhanche toujours aussi bien, Andie MacDowell a été sortie d’outre-tombe pour faire de la pub pour L’Oréal boire du vin (mais Hugh Grant ne débarque pas en string léopard), à côté de ça : aucun scénario ! Même aidé d’une bonne bande-son cela ne sauve pas le film d’un ennui mortel.
- Fast and Furious 7 (2015) : c’est mièèèèèèèvre, les cascades c’est nawak, Michelle Rodriguez en robe du soir et pomponnée c’est ultra drôle, bref seules les 5 dernières minutes hommages à Paul Walker sont réellement valables.
- Une famille à louer (2015) : Benoit Poelvoorde a réussi dans l’informatique mais est désespérément seul. Il rencontre Virginie Efira, une femme active élevant seule ses deux enfants. Elle est au bord de la faillite, il est plein aux as ; il lui propose alors d’éponger ses dettes en échange d’une vie de famille. Chacun joue bien son rôle mais la mayonnaise ne prend pourtant pas.

# Les films bof :

- Triple Alliance (2014) : Cameron Diaz s’aperçoit que son amant est marié. Contre toute attente, elle va devenir copine avec la femme de ce dernier, qui sort aussi avec une 3e prétendante. Toutes ensemble décident de comploter pour se venger.
- All about Albert (2014) : Eva rencontre Albert lors d’une soirée. Petit à petit, ses deux quinqua se lient d’amitié puis d’amour ; mais sans le savoir, elle devient amie avec l’ex-femme d’Albert. Avant dernier film de James Gandolfini.
- Daft Punk Unchained (2015) : Documentaire bien fourni sur les Daft Punk, de leur genèse à aujourd’hui. Rien de bien surprenant toutefois.
- While we’re young (2015) : un couple de quarantenaires fréquente un couple de vingtenaires et essaye de retrouver en leur compagnie une nouvelle jeunesse. Ça sonne comme du Woody Allen, j’ai compris le plot twist avant la moitié du film et il y a beaucoup trop de côtés hipster-ish à mon goût. Mais il y a Charles Grodin et pour la fan incontestée de Midnight Run que je suis, ça vaut le coup d’œil :)
- L’Art de la fugue (2015) : 3 frères (Laurent Laffitte, Nicolas Bedos, Benjamin Biolay), une famille sur le dos qui se mêle de tout, des histoires d’amour complexes (featuring Elodie Frégé en pseudo Brigitte Bardot) bref, un film qui s’emmêle les pinceaux pour finir en eau de boudin. Dommage, et mention spéciale à Agnès Jaoui plus vraie que nature en amie baba cool.
- Mission Impossible 5 Rogue Nation (2015) : alors que le groupe Mission Impossible est dissout par la CIA, Tom Cruise mit ses talonnettes tente de prouver l’existence d’un groupe terroriste nommé le Syndicat… de bons effets spéciaux et quelques sourires.
- Pixels (2015) : Deux amis participent aux championnats mondiaux de jeux d’arcade. Des vidéos du tournoi sont mises dans une capsule puis envoyées dans l’espace. 30 ans plus tard, des extraterrestres, ayant intercepté la capsule et pensant qu’il s’agit-là d’une déclaration de guerre, attaquent la terre avec ces mêmes jeux vidéos. Les effets spéciaux sont très bien faits, dommage que le scénario soit si creux.
- Crazy Amy (2015) : le père d’Amy n’a cessé de lui dire que la monogamie n’était pas réaliste. Amy jette donc les hommes comme des Kleenex. Mais un jour elle va craquer pour un homme évidemment loin de sa zone de confort… Un film Apatow écrit par et pour Amy Schumer, voilà.
- Code U.N.C.L.E (2015) : durant la guerre froide, un agent de la CIA collabore avec un agent du KGB pour infiltrer une organisation criminelle. L’américain joué par Henri Cavill est un mauvais mix de 007 et de OSS 117 mais il est sauvé par ses très beaux costumes. Le russe est… russe. La bande-son est sympa, les décors aussi, un bon film de Guy Ritchie en somme.

# Les films pas mal :

- Tammy (2014) : Melissa Mc Carthy (dont je suis très cliente) perd son boulot et rentre chez elle où elle trouve son mari avec une autre. Elle décide de tout plaquer et de s’enfuir avec sa grand-mère alcoolique (Susan Sarandon, géniale).
- Bon rétablissement (2014) : Gérard Lanvin chute dans la Seine et se retrouve coincé à l’hôpital durant de nombreux mois. On le suit durant son rétablissement dans un huit clos plutôt sympathique. Très humain.
- Des lendemains qui chantent (2014) : le parcours de deux frères, Gaspard Proust et Pio Marmaï, à l’aube de l’élection de François Mitterand. Beaucoup de réalisme social et de références politiques durant les 14 ans qu’est sensé couvrir le film. Mention spéciale à Ramzy qui joue le rôle de Xavier Niel ( !!), dommage que la fin soit si meeeeh.
- Spy (2015) : Melissa Mc Carthy (et oui, encore elle), est l’assistante de Jude Law, sorte de 007 chevelu (!) de la CIA. Lorsqu’il disparaît, elle se porte volontaire pour retrouver ses assassins. A voir en VO évidemment.
- A 3 on y va (2015) : Micha est en couple avec Charlotte, qui le trompe depuis plusieurs mois avec sa meilleure amie Mélody, cette dernière la trompant également avec Micha… c’est juste, parfois cocasse, on se laisse embarquer et imaginer une fin qui n’est forcément pas celle à laquelle on s’attend. Anaïs Demoustier est encore à oilpé, Félix Moatti (fils de) joue bien ( !), et Sophie Verbeeck ressemble à s’y méprendre à Shane de The L World.

 # Les bons films :

- Les Combattants (2014) : Arnaud est un jeune qui bosse dans l’entreprise de bois familiale dans les Landes ; il rencontre Madeleine, qui se prépare à la survie. Ensemble ils vont faire un stage de préparation militaire. C’est à la fois dramatique et très drôle, et la bande-son est géniale.
- Dope (2015) : Dans un quartier chaud de Los Angeles Malcom et ces 2 amis de lycée ont deux passions : le hip-hop des 90s et l’informatique. Malcom rêve de rentrer à Harvard mais ses rencontres pourraient l’amener sur une mauvaise pente, « a slippery slope »… Produit par Forest Whitaker, Pharell Williams et P. Diddy – rien que ça.
- Vice Versa (2015) : Joie, Tristesse, Peur, Colère et Dégoût régissent les émotions de Riley. Alors qu’elle déménage du Minnesota à San Francisco avec ses parents, Joie et Tristesse sont par accident expulsées du Quartier Cérébral… Tristesse m’a fait penser à Marvin d’H2H2 <3 C’est émouvant, drôle, ultra créatif, juste, intelligent… pour que jamais les enfants ne deviennent grands – et que les adultes restent à jamais de grands enfants !
- Mr Holmes (2015) : Gandalf Sherlock Holmes mène une retraite ennuyeuse dans sa maison du Sussex en compagnie de sa gouvernante et du fils de cette dernière. Mais une affaire non résolue vieille de 50 ans le pousse à reprendre l’enquête… Tout simplement brillant !
- Les Bêtises (2015) : François a retrouvé sa mère biologique. Comme celle-ci ne veut pas le rencontrer, il se fait passer pour un serveur embauché lors d’une soirée qui se déroule chez elle… C’est extrêmement drôle et bienveillant. Et Jacques Weber ressemble à Gérard Depardieu.
- Star Wars VII (2015) : Obi One Kenobi et Maître Yoda sont morts, Anakin Skywalker est devenu Dark Vador, Han Solo et Chewbacca se sont enfuis, tout comme Luke Skywalker, que sa sœur la Princesse Leia recherche désespérément… Un vrai scénario, une véritable suite et surtout : des acteurs inconnus dans les rôles principaux. Que vous soyez adeptes ou non : go for it !

20:16 Écrit par Anouchka dans Tchi Tchah | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : blabla de fille, médias

mercredi, 30 décembre 2015

J'ai tout mangé le chocolat

Le point Vigipirate
L’Homme s’est fait contrôler et fouiller au corps parce qu’il a une tête de terroriste lol, depuis le temps qu’il me dit qu’au bled il se fond dans la masse... ^^

Le point café au lait
Dire à une vendeuse antillaise le plus sérieusement du monde qu’on cherche un jean foncé, l’assurance d’un bon fou rire un peu jaune sur les bords.

Le lieu du crime
Suis retournée dans la boutique à côté de laquelle je m’étais fait taper sur la gueule. La boucle est bouclée, et c’est une bonne chose.

Bonne pour le service
D’aucuns disent que la grossesse modifie certaines choses d’avant (poids, formes, taille des pieds, qualité de la peau / des cheveux, vue), en ce qui me concerne il n’en est rien ! Mon super ophtalmo Jean-Louis David (véridique) me l’a confirmé : ni mieux, ni moins bien !

NMLQ
La Reine Mère qui pour une chrétienne, n’est pourtant pas toujours très charitable, a fait sa mine renfrognée comme sa mère avant elle car non, l’Asticot ne sera pas baptisé sauf s’il le décide LUI. Il ira donc probablement en enfer avec ses parents (OUUUUUUHHHH).

Du changement
Trop vite trop court et trop effilé surtout. Bon bah y’a plus qu’à prendre de la levure de bière à présent…

Toutes premières fois
L’Asticot est allé chez le coiffeur, s’est endormi dans la poussette, a fêté son premier Noyel avec non pas un mais deux sapins, et a déchiré ses tous premiers paquets cadeaux.
Les consignes ont été respectées à savoir : PAS TROP DE TRUCS, donc des choses utiles comme une cape de bain ou ses premières « vraies » chaussures, et des jouets, car il paraît qu’il « manque de jouets » cet enfant. C’est pour ça que rien ne l’éclate plus qu’un cordon de sweat shirt, une bouteille d’eau ou un tupperwear HUHU.

« 9 mois 1/2 ?? Vous avez de la chance !!! Vous avez allaité ? »
-– Non, et j’en suis très contente d’ailleurs. Mais à m’ment donné faut bien que les anticorps se fassent : l’Asticot a donc chopé la première rhino carabinée de sa vie, doublée d’une gastro sinon c’est pas drôle. 5 fois chez le Doc en 15 jours (dont 2 pour moi), Maman Koala a bien géré aidée par son assmat de mère, belle mise à l’épreuve pour mon arrêt des antidép !

koala.jpg

~ Photo aimablement sponsorisée par Elen qui n'a plus de blog ni de Tumblr (snif) mais que tu peux trouver sur Twitter ~

Et sinon
Le PGM a été privé de cadeau de Noyel pour cause de rênes en panne. J’ai lu le dernier Astérix et c’était bien nul ; l’Homme a fait le plein de Ballymaloe pour les 6 mois à venir et ça c’est bien cool o/ A presque un an d’écart je suis ENFIN allée au cinéma, vivement le prochain Star Wars d’ailleurs. On a déjà inauguré le service à raclette que Les Hautes Instances nous ont offert (tu pense bien :p), le lendemain de Noyel tant qu'à faire.
Je suis rentrée pour aller chez la kiné (oui oui) et faire les courses du réveillon (encore du champaaaaaaaaaaaaaaaagne), le tout avec une bonne crève refilée par mon fils, ça, c’est le cadeau de Noyel dont je me serai bien passée !

Allez bon bout d’an à celles et ceussent qui passent (encore ?) par ici, n’oubliez pas de vous en mettre jusque là !

19:21 Écrit par Anouchka dans Epices et Tout ! | Lien permanent | Commentaires (2) | Tags : blabla de fille, toulouse, noyel

jeudi, 10 décembre 2015

Décembre, 10e jour

Bleu, blanc, rouge
Je ne sais pas d’où ça vient mais je me suis toujours sentie française, et patriote. Je ne sais pas le décrire ; je chante la marseillaise (surtout au début des matches de rugby ^^), je suis fière de ma langue, de ma cult(ch)ure, je vis dans un beau pays et j’ai à cœur de le revendiquer. Tout n’y est pas rose, je ne suis pas forcément d’accord avec l’Histoire de France, ni avec la politique mais qu’importe.
Du plus loin que je m’en souvienne, je me suis toujours sentie citoyenne ; merci les cours d'éducation civique. Je respecte les institutions, les traditions (même si je ne les partage pas forcément), je respecte ceux qui nous protègent (même si ce sont parfois de fieffés connards), j’essaye de respecter la Loi (même si j'oublie de scanner des articles à la caisse rapide). Quand j’étais gamine, je voulais « être grande » pour deux choses : avoir mon permis de conduire, et 18 ans pour avoir le droit de vote.
Je n’ai pas de drapeau chez moi, j’ai peint mon visage pour la finale de la coupe du monde en de foot en 1998. Mais je me sens véritablement bleue, blanche et rouge à l’intérieur.

C’est Noyel avant l’heure
Je suis allée chouiner auprès de mon ami Pol, et j’ai eu gain de cause. Mieux vaut mentir qu’être honnête, je devrais le savoir depuis le temps… mais on ne m’y reprendra plus, c’est certain !
Ça me laisse quelques mois de répit et compte-tenu de la situation, je suis putain de grave soulagée.

Le verre
Pote du Collège qui s’est exilé en Thaïlandie m’a récemment posé cette si douloureuse question : verre à moitié vide ou à moitié plein ?
Douloureuse car il n’y a pas si longtemps, j’aurais évidemment répondu qu’il était à moitié vide. En tant qu’idéaliste mélancolique et perpétuelle insatisfaite (je vends du rêve, je sais), le verre a plus ou moins toujours été à moitié vide de toute manière.
La donne s’est inversée quelques mois après que le Piou m’ait larguée, le temps de faire mon deuil, de retrouver confiance en moi et de faire voltiger la culotte pour fêter ça :)
Puis il y eût ma rencontre avec l’Homme, et l’arrivée de l’Asticot <3 Malgré tout quand j’y repense, putain ma grossesse n’a vraiment pas été fun. Je repense beaucoup en ce moment aux crises que j’ai pu piquer avec le Chat de l’Enfer, et je te jure qu’à défaut d’avoir d’autres marmots j’aurai un chien.
Bref, je n’y reviendrai pas mais ces derniers mois ont été difficiles, et bien que tout ne soit pas pour le mieux dans le meilleur des mondes (oh ! une réminiscence de Voltaire !) c’est plutôt très positif.
Donc oui, verre à moitié plein. Même si, soyons honnête, j’ai parfois envie de balancer ce putain de verre contre un mur.

Les articulations crient en silence
Depuis ma grossesse celles de mon dos ont décidé de prendre le mégaphone pour se faire entendre. Je suis résistante à la douleur physique, mais à m’ment donné, je peux plus. Ma lombalgie a une origine, qui porte le doux nom de lordose. Il va de soi que j’ai bien ri en lisant qu’elle était physiologique pour la reproduction des mammifères.
Bref pour 2016 je voudrais ne plus avoir le dos en miettes, merci.

Les papillons
Il existe des endroits chatoyants (même si le café y est dégueulasse) pour que sa progéniture puisse faire de l’œil à toutes les gonzesses quel que soit l’âge (ça promet), et faire du bruit. Et en plus on voit la mer.

14 ans plus tard
C’est marrant ces allers-retours que j’ai pu faire avec certaines personnes de mon passé. Complètement raillées de ma vie du jour au lendemain, le plus souvent avec pertes et fracas – et à raison. Souvent je me dis que je devrais faire des paris sur la tournure que prennent les évènements pour ces personnes-là, pas pour dire que j’ai souvent raison mais il faut croire que soit je connais ces personnes mieux qu’elles-mêmes (je n’ai pas de don de voyance), soit le dessein est tellement évident qu’il se vérifie.
Le Plombier, c’est la première personne que j’ai rencontrée lorsque j’ai émigré déménagé dans le SFE. Notre histoire de cœur a fini en eau de boudin mais c’était il y a teeeeellement longtemps que je m’en souviens pas – comme beaucoup de choses de ma vie qui sont loin dans le passé et que j’ai, volontairement ou non, oubliées.
On s’est pas vus depuis 6 ans, ça m’a pas manqué, j’ai la chance en plus de ne jamais croiser de gens que je connais et / ou que j’ai pas envie de voir et franchement, tant mieux. Mais la curiosité me poussera toujours à savoir ce que mes ex sont devenus :p

Il est devenu papa, et s’est marié – haha. Haha car c’est quelqu’un de rigide, de très égocentrique, et qui pour rien au monde ne passerait devant le maire… sauf à ce que sa gonzesse tombât enceinte. Banco, on vend la caravane. Il ne porte jamais son alliance et veut divorcer. HAHA. J’ai dû supporter 1h30 de « moi je » « moi je »... A dans 6 ans hein !

Sur ces bonnes paroles en cette fin d’année je transhume donc par avance JOYEUX NOËL à tous et toutes, éclatez-vous, profitez au maximum, buvez, bouffez (n'oubliez pas que le confit c’est pas gras et le chocolat noir plein de magnésium ^^), fumez et faites du sexe !

22:04 Écrit par Anouchka dans Epices et Tout ! | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : blabla de fille, noyel

jeudi, 12 novembre 2015

Le post bien, mais pas top

Des bonnes nouvelles, mais pas que. J’étais en effet sur le point de faire un post entièrement positif et puis boum – c’est toujours lorsqu'il te semble que les choses commencent à aller bien qu'il y a une couille (ou deux) qui tombe(nt) violemment dans le potage.

pile%20of%20shit.gif

Donc débarrassons-nous de ces vilains poids d’entrée de jeu : je ne vais plus recevoir un copeck de mon cher ami Pol qui juge contraire au règlement le fait que je n’ai pas de moyen de garde pour mon enfant. C’est en fait simple : soit je me lève le cul pour gagner 3 ronds et payer quelqu’un pour s’occuper de l’Asticot, soit je continue à le faire moi minus les 6 mois de chômage auxquels j’ai encore droit. Je suis *si* jouasse à l'idée même de devenir dépendante financièrement, moi qui ne l’ai jamais été et qui déteste par-dessus-tout être redevable de quoi que ce soit à qui que ce soit !

La situation pro de l’Homme n’est pas plus brillante, du moins à long terme puisque Damoclès est enfin tombée. La fin des haricots est programmée dans 18 mois, d’ici là serrage de ceinture et un déménagement on ne sait où. Enfin la situation peut encore être amenée à changer d’ici là.

Aaaaaaaaaah, ce que j’aime ce climat propice à l’apaisement !!

Bref, parlons des bonnes nouvelles :

J’ai perdu tous mes kilos de grossesse, bim boum pan en 7 gros mois j’ai retrouvé ma ligne de jeune fille comme dirait Craintdegun (qui m'a confessé toujours passer par ici d'ailleurs *cœur avec les doigts*).
Finie aussi l’accoutumance aux cachetons pour dormir (et ce ne fut pas une mince affaire, on ne m’y reprendra plus).
Et surtout, j’ai terminé ma psychothérapie o/

yes.gif

Bon on n’a jamais vraiment terminé on le sait, surtout quand on souhaite continuer à cheminer malgré les scories.
Mais le plus dur est derrière, on y croit, on s’accroche, on prend sa serviette pas de panique ça va bien se passer !

21:01 Écrit par Anouchka dans Epices et Tout ! | Lien permanent | Commentaires (2) | Tags : blabla de fille, journal intime

 
Le Grand Souk | Anouchka © 2005-2016