lundi, 07 avril 2014

De l'air

Dans les épisodes précédents
Après une énième engueulade, des litres de larmes, une grosse mise au point / remise à plat, je me suis payé un gros coup de fatigue, et de l'eczéma sur la gueule. On verra bien ce que ça donne dans la durée hein. Mais c'est ça où je me casse.
Ah oui je t'ai pas dit ? J'ai décidé de prendre une année sabbatique. Ouais enfin pour l'instant c'est plutôt lol.
Je suis de mariage en juin, j'ai donc logiquement commencé à chercher une robe. ça faisait bien longtemps que je n'avais pas fait de shopping, et c'est tout aussi logiquement que la robe que j'avais commandée, bien que très jolie, m'allait fort mal. Au revoir la jolie robe.

La décadence
Après avoir assisté au match de rugby en rouge et noir au nouveau staaade blindé de monde, l’Homme oublia son portefeuille au boulot, ce qui nous valut de manger Mc Do en buvant du champ’.

Retour aux sources
Shopping et cuisine avec la Reine Mère, visite en patrie du Grand Chef en « famille », en passant par les chauriens et Revel, capitale de la marqueterie #pointcultchure. Emotion de découvrir des choses de son histoire, des lieux, encore quelque chose à gérer… un jour.
Je suis aussi retournée dans la quincaillerie de mon enfance, qui existe toujours ; rien n’y a changé : la clochette derrière la porte vitrée, l’odeur des produits et du bois, le capharnaüm du sol au plafond…

En vrac
Le retour du Lexo pour dormir (et pour ne pas entendre miauler le Tyran Ordinaire, surtout) ; je suis à nouveau blonde, et en plus court ; j’ai ramené du basilic de chez mon parrain, et mangé un véritable repas chez Poto qui avait pour une fois cuisiné autre chose que des pâtes lol. Et je me suis acheté ma carotte Ikéa o/

J’ai revu Numéro 10
Qui sortait de son entraînement de rugby, au concert de Poto : j’ai revu mentalement son ptit cul ses pec bien dessinés et ses magnifiques cuisses ; nous avons bu une bière, parlé de nos « moitiés », sourires complices au passage. Rien de plus rien de moins, et c’est sans doute aussi bien.

Ô mon païs
Entre deux camions de CRS présents pour une manif (sympa de voir les crânes rasés :/) nous avons pèleriné avec les Hautes Instances au Bibent, après quoi je suis allée ronquer dans les pâquerettes, histoire de me mettre en forme pour le match de hockey.

L'arrêt de la clope ?
J’ai chopé une rhinopharyngite d’un autre monde, ce qui m’a valu d’aller chez SOS médecins puis chez mon ancien Doc tellement je péte la forme :( Parce que les antibiotiques c’est pas automatique, sauf quand tu as un terrain favorable et des anticorps tout pourris. Ainsi point de séjour à Banyuls nous ne ferons… partie remise.

Quoi qu'il en soit, retenons cette fabuleuse citation : « J’ai 4 couches : le gras, les poils, un tshirt, un pull : j’ai pas froid ».

hinhinhin.gif-- hinhinhinhin --

jeudi, 20 mars 2014

We're on each other's team

Après une énième engueulade (la #routine), nous avons enfin baptisé la maison et pendu la crémaillère – la mise en prod quant à elle s’annonce plus qu’ardue :(.
Épithète Attribut a fait des pizzas et repeint la cuisine à la farine. On ne sait pas encore ce qu’on fera du siphon – certainement pas me laisser m’en servir – donc en attendant on l’a remisé en bas d’une étagère. Les Biscotte ont retrouvé le briquet viennois supposé chourave par la femme de ménage, Princesse a tout validé avec beaucoup d’entrain, DiNozzo s’est fait une cops de marée basse, et le Piou avait sa figure de constipé ; j’ai pas pu trop papoter avec lui (« Tu me fais visiter ? Il reste des bières ? T’as du coca ? » ^^) mais il m’a ramené mon service à fondue. Les relou du Crou étaient absents et c’est tant mieux.

Tu vois les vrais amis ce sont ceux qui viennent de la Capitaleuh exceuprès pour ta crémaillère (Poto était excusé, il viendra aux vacances ^^). Ceux qui te font apprécier un peu plus les jeux de société (et c’est pas gagné !). On a bu des bières, mangé des pizzas, regardé les hommes tomber en hochant la tête et été à la plage au coucher du soleil… à l’ancienne.

Sinon l’ostéo m’a tuer par deux fois (30 points remis en place), et les 5kg de litière pour le chat Tyran Ordinaire m’ont achevée.
Tant bien que mal je me suis fait violence pour me réinscrire à l’aquagym pour le dernier trimestre – sachant que je n’y ai pas mis les pieds du second – pour finalement faire marche arrière et demander le remboursement. Je ne suis pas en état, c’est un fait.
Je vais tenter malgré tout de me remettre au vélo, j’ai cuisiné une tarte lardons-poireaux, j'ai cramé mes cheveux avec un briquet, me suis ruintée sur une chaise en fer forgé, j'ai gagné 4 places de ciné, et on m’a offert des fleurs et un ordinateur.

Sinon rappelez-moi de laisser l’Homme dormir sur le tapis la prochaine fois. Qu’il voit si son « aie confiance en la vie un peu pour une fois » est aussi confortable que ça.

20:42 Écrit par Anouchka dans Sous la Couette | Lien permanent | Commentaires (2) | Tags : blabla de fille, journal intime

jeudi, 27 février 2014

Février, 27e jour

J’ai déménagé
4 jours à me tuer le dos et les bras à faire des cartons. 4 jours à me tuer un peu plus le dos et les bras à vider ces putains de cartons.
Le jour J, en une demi heure c’était torché. Forcément, quand tu t’es tapé « le plus gros » avant, le jour où les gros bras débarquent c’est de la rigolade. Ça l’a moins été chez l’Homme qui avait certes emmené lui aussi des cartons mais qui a beaucoup, BEAUCOUP plus de meubles lourds, encombrants, envahissants devrais-je dire même, et des casseroles, poêles et tupperwears en pagaille.
Autant te dire que même en ayant bazardé pas mal de trucs en douce ou pas (si vous voulez les flûtes à champagne de ses fiançailles on les donne), il va y avoir encore pas mal de voyages à la déchetterie.

Chacun ses priorités
Le congel est arrivé abîmé dans le carton, donc point de congel neuf nous n’avons eu. Il a donc fallu récupérer le frigo de l'Homme qui est dans un état innommable – et que je me garderai bien de nettoyer d’ailleurs.
À côté de ça, le sommier du lit n’est pas passé dans l’escalier (haha laisse-moi rire, devine qui a mesuré tous ses meubles et qui ne l’a pas fait « parce que ça passe sans problème » ?!?), on campe donc sur deux matelas qui sont à jeter parce qu’ils sont vieux et qu’ils creusent tous les deux.

Seriously ?
J’en avais strictement rien à foutre moi, de vider les cartons tout de suite. On avait des verres, des mugs, des couverts et des assiettes en cartons. Du café 3 gâteaux et de quoi bouffer dans le congélo. On a pris le bail 15 jours plus tôt pour ne plus qu’il ne flotte sur ma tête alors le reste aurait largement pu attendre. Mais non.
Il a fallu enchaîner : ranger / déplacer / astiquer, faire les courses, faire des machines, faire Conchita mais sans être payée 160 € / mois quoi.
Et puis c’est là que tu découvres les « bonnes surprises ». J’en ai rien à foutre du nombre de déménagements que chacun a à son compteur perso, du nombre de verres ou trucs pétés. Quand mes meubles ont transhumé dans le SFE il y a bientôt 14 ans ils sont arrivés en parfait état. C’est pas sorcier d’être soigneux bordel.

Pas fini
Après moult échanges téléphoniques, textos et rencontres in situ, mon enc*lé de proprio a fini par reconnaître non pas ses torts (ne rêvons pas), mais que j’avais raison. Non seulement il va devoir faire les travaux, mais vu l’ampleur de la tâche ça va lui coûter une blinde. TANT MIEUX.
Dans son intérêt il vaudrait mieux qu’il me rende la thune qu’il me doit fissa. Ensuite je pourrai souffler. Tout ça n’a déjà que trop duré.

Et ce qui aurait pu ne pas arriver arriva
Mon épicondylite aiguë du coude gauche s’est relancée de plus belle. Mon syndrôme du canal carpien qui m’avait foutu la paix depuis un bon moment s’est réveillé. J’ai 3 vertèbres cervicales de coincées, le dos en miettes et… une épicondylite au coude droit :’(
Demain je fais une écho et une radio pour savoir ce que j’ai au genou droit, ensuite je retournerai voir le Doc. Putain je trouve pas les mots pour dire à quel point j’en ai plein le cul.

Culotte en berne et grève du poil
Je lui en veux, beaucoup ; de pas m’aider ou pas assez, de pas comprendre que la santé c’est primordial et que là c’est GRAVE la merde, de n’en faire qu’à sa tête et / ou de faire la sourde oreille. De ne plus avoir les thunes que j’avais mises de côté pour m’acheter un nouvel ordinateur parce qu’elles sont parties en fumée à LMerlin, Ikéa, et à acheter des tringles, des rideaux, des ampoules, et des boules japonaises.
Je l’aime grave et je suis injuste, je sais.

La dépression
Je suis en plein dedans.
Je suis en colère : contre la vie cette tepu, contre lui avec qui je m’engueule sans arrêt, jusqu’à ce qu’il me foutre tellement en rogne que je dû m’arrêter en catastrophe sur la bande d’arrêt d’urgence de l’autoroute et me retenir de pas lui en coller une.
Je suis en colère contre moi qui lutte pour sortir la tête de l’eau et qui n’y arrive pas, et qui crains que tous les efforts faits jusque là soient vains.
J’ai perdu confiance en moi, je suis totalement épuisée, je suis fatiguée, je dors mal et peu, j’ai tout le temps froid, j’ai encore perdu 1,5 kg ; je n’ai envie de rien, si ce n’est me mettre en boule et pleurer.
Je passe mon temps à pleurer d’ailleurs.
Je n’ai pas fait de shopping depuis 3 mois. J’ai même pas pris un bain dans ma baignoire putain.

Tyrannie ordinaire
J’ai aussi découvert ce qu’est de vivre avec un chat. Les premières nuits elle est apeurée, alors t’es sympa, tu l’autorises à entrer dans la chambre parentale voire à squatter sur la couette.
Résultat des courses, tu deviens son esclave : se lever quand elle miaule pour sortir pisser, ou parce qu’elle veut un câlin, ou parce qu’elle a juste envie de faire chier en fait (c’est un chat quoi). Avec ça j’espère au moins avoir choppé la toxo.

À part ça
Pour la Saint Valentin je n’ai pas fait de cadeau ; l’Homme m’a refourgué son nouveau PC portable du boulot, « tu peux t’en servir jusqu’à ce que tu ne puisses plus ». Lol. Autant que je m’en achète un, non ?
Un soir en fumant la dernière clope sur le palier de la porte, j’ai vu 3 sangliers. Je me suis chié dessus.
Ah et comme il était dégueulasse, j’ai fait marcher la pyrolyse du four. J’ai fait fondre le tournebroche.

Ça va passer
Voyons le bon côté des choses : j’ai ouvert un compte joint #êtreadulte, j’ai un bureau tout neuf, je vis à la campagne et au calme surtout, et depuis hier j’ai enfin récupéré une connexion internet ; j’ai immédiatement téléchargé « 4 mariages et un enterrement » - il faut quand même que l’Homme le voit une fois dans sa vie, ne serait-ce que pour les « fock » #lesprioritésquondisait
Je suis ENFIN retournée à un concert, c’était grave chouette, surtout les ptits mots des potes après <3<3 J’ai invité Prof à ma crémaillère, j’espère qu’il viendra.
Le nouveau lit est commandé (le nouveau sommier lui, est entièrement démontable lol), et je vais peut-être une semaine à Barcelone prochainement – mais comme j’ai pas une thune ben… je vais beaucoup marcher lol.

J’aspire juste à de la tranquillité, de la sérénité, à dormir, à ENFIN profiter de mon chômage sans culpabiliser, et à trouver des solutions qui fonctionnent pour me retaper.

Life begins at the end of your confort zone, à ce qu’il paraît.

19:47 Écrit par Anouchka dans In my Mind | Lien permanent | Commentaires (6) | Tags : blabla de fille, journal intime

mardi, 11 février 2014

Buzz l'éclair

Passage rapide pour vous dire que : la famille c’est vraiment de la merde en barre, je ne parle pas de la mienne je le sais depuis longtemps déjà. Mais vouloir emmerder ses propres enfants jusqu’à la lie, leur reprocher tout et n’importe quoi et n’attendre que leur amour en retour, faut vraiment être gravement barge.

A part ça, j’ai choppé une grippe intestinale et me suis bourrée d’Ercéfuryl ce qui l’a anesthésiée et moi aussi par la même occasion. Je suis allée chez l’ORL qui était tout content, et chez le dentiste qui l’était tout autant. Je me suis fait une tendinite au genou sinon ça ne serait pas drôle (comment, ça… j’en sais foutrement rien), j’ai acheté des tas de trucs chez LMerlin et aussi un congélateur.

J’ai fait 80% des démarches administratives inhérentes à un déménagement par internet, rempli pas moins de 3 sacs de 50L de chaussures, 1 de linge et 1 de sacs à mains. J’ai aussi blindé 5 sacs de voyage et 2 cartons de fringues, mis le reste dans des housses, et vive les dressings hein :/
J’ai pas moins de 3 cartons rien que pour mon bureau (!!!) et deux pour mes bouquins / dvds. Je n’ai pas encore fait les cartons de la cuisine, ni rangé mon placard, ni la SDB, mais j’ai trié ma caisse à outils et éliminé pour 100L de merdouilles. Vivement les gros bras pour m’aider à bouger tout ça (sans parler des meubles), ça s’annonce folklo.

La nana de l’agence qui s’occupe de relouer l’appart est venue prendre des photos, il a fallu que je bouge des trucs ça m’a saoulé, elle est restée mille ans, a touuuuuuut inspecté et bien disserté sur le fait qu’il y avait un problème d’humidité : « Il faudrait en trouver l’origine quand même depuis le temps ». OH BEN EN VOILA UNE IDEE QU’ELLE EST BONNE DIDON #captainobvious.

J’ai aussi eu droit à un milliard de réflexions trop pourries du genre « Pour le départ il faudra que la cuvette des toilettes soit propre » « faudra penser à faire un GROS ménage : nettoyer la bouche de la VMC de la SDB, les joints de la douche, les vitres… »… Le pompon étant : « Vous avez rebouché les fissures mais il aurait fallu poncer ensuite ». La seule chose qu’amena cette toute dernière réflexion fut un « Non mais lol quoi » des familles ^^
Sachant que tu peux manger par terre tellement c’est nickel chez moi, qu’à vouloir faire revenir les joints qui datent de Mathusalem ils me sont pratiquement restés dans les doigts, et que je vis dans 75% d’humidité au quotidien, ton grand ménage tu peux te le foutre au cul et faire l’avion si ça te chante, CONNASSE.

Bref je récupère les clefs demain, ensuite y’aura plus qu’à charger le Bolide comme si j’allais au bled !

20:39 Écrit par Anouchka dans Epices et Tout ! | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : blabla de fille, bricol'girl

mardi, 04 février 2014

Toit toit, mon toit

C’est officiel, la semaine prochaine nous avons les clefs, à moi les cartons o/ !!!

Finis les dégâts des eaux à répétition dès qu’il flotte, plus d’enduit de rebouchage à faire, de serpillières à éponger, de bassines à vider. Plus de vitres à essuyer, plus cumulus rouillé, de bac à douche pété, plus d’interphones bruyants, plus de réveils intempestifs par le boum boum boum de la salle de sport, plus de cloisons en carton pâte, plus de voisins ni au-dessus ni en face, ni à côté ni dessous. Ça, c’est le luxe a-bso-lu.

À moi le double vitrage. A moi l’isolation digne de ce nom. A moi un environnement sain sans humidité qui me flingue mes stores en tissu et mon système immunitaire.
Je vais manger de bons légumes de l’amap *private joke*. Pour la première fois je ne ferai pas du moit’ moit’ avec mon mec mais du tout, pour la première fois nous avons décidé ensemble de vivre ensemble.

Et tant pis s’il faut prendre la voiture pour faire 3 courses : je crois qu’au final j’ai vraiment besoin de calme, d’une nouvelle vie, d’un nouvel endroit que nous devrons nous approprier.
Peu importe si certains trouvent que ça fait cossu, riche, si ça leur plaît pas. Y’aura toujours des gens pour critiquer (#lesgens) mais dans le Crou on sait qui c’est. Mes potes seront contents pour moi, même Prof qui trouve que je m'embourgeoise lol (c'est teeeeellement moi ! ^^)

Nous avons choisi ce toit-là, nous allons en faire notre chez nous, et même si tout n’est pas rose au pays des Bisounours (ah ça non !), il me tarde.

13:01 Écrit par Anouchka dans Sous la Couette | Lien permanent | Commentaires (2) | Tags : blabla de fille, bricol girl

jeudi, 30 janvier 2014

Janvier, 30e jour

Le retour en métwopol
Pendant mon absence, ma box a décidé de mourir.
Ensuite j’ai cru m’être faite flasher par un radar, insidieusement installé je dois le dire, juste après la bretelle qui mène vers ce village situé entre mer et montagne et où je m’arrête parfois faire mon ravitaillement de clopes (ceux qui savent savent). Puis j’ai cru à une redite non loin de chez Cisco mais après vérification, j’ai toujours tous mes points.
Oh et j’ai bouché mes chiottes avec du sopalin.

Pfffffffffffffff
Depuis que je me suis faite copieusement arrosée lors de la journée catamaran en Guadeloupe, l’écran de mon APN a décidé de clignoter façon stroboscope ; je l’ai nettoyé à la brosse à dent, il a séché dans un tupperwear avec du riz, on verra bien ; de toute façon, il n’est plus sous garantie.
J’ai fait de même avec celui du Piou (prêté pour l’occasion puisqu’il va sous l’eau), ah ben de l’eau il en a ptêt’ pris un peu trop :s mais je pencherai plus pour une défaillance de batterie – ce qui sera moindre mal et moindre coût, surtout.
Je n’ai pas de nouvelles de Poudlard, d’ailleurs avec certains (comme eux par exemple) le sens unique de prendre des nouvelles me gave profondément.
Afondàfond a demandé sa cops en mariage, je n’ai rien acheté aux soldes.
J’ai zéro motivation donc je ne suis pas retournée au sport mais j’ai trié les 300 photos. Deux semaines plus tard seuls mes pieds restent bronzés, j’ai retrouvé ma carnation pâlote habituelle :/

Hibernatus
Je n’ai envie de parler à personne - à quelques exceptions près bien sur ; je n’ai envie que de dormir et rester au chaud sous la couette. Et mes seins me font horriblement mal en plus d’avoir une poussée d’acné. Les hormones, ces sales putes.

Le maçon du lol
C’est le fameux même maçon qui était déjà venu chez moi et qui m'avait dit faire « intervenir kinkin ».
Il s’est pointé à l’improviste pour savoir s’il n’avait pas plu chez moi récemment, et il m’a avoué que personne n'était intervenu auparavant - et surtout pas un plombier puisqu'il s'agit d'un problème de flotte. Ah il est pleut toujours dans ma cuisine sinon. Bref.

Le point Stéphane Plaza
J’ai commencé à chercher un nouveau toit : deux dossiers déposés, deux dossiers acceptés. Y’a plus qu’à !!

20:48 Écrit par Anouchka dans Epices et Tout ! | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : blabla de fille, vrac

lundi, 20 janvier 2014

Gwada gwo caillou

srsly.gif

Bitasyon - le chant du coq au petit matin - tartines beurrées de pain grillé - la mer des Cawaïb - les panneaux effacés - les grenouilles et grillons qui chantent dès le coucher du soleil - le lambi - sable roux sable noir sable gris sable blanc - loup ! - double rainbow everyday - passion coquillages - cramage indice 50 et éruption volcanique cutanée - des bikettes, des vaches, des hérons - play that funky music white boy - mieux que la Biafine : la tomate !!! - bokit pan bagnat - nager avec les tortues - arbre à pain / arbre du voyageur / pin de Norfolk - le parcours d'accrobranche à 20m quand tu as le vertige - les crotons - le petit raidillon difficile de 1467m - les fougères géantes - le décwochaj local d'NRJ zouk - les noms improbables (Bébel / Bonne-Mère / Montauban) -1,38 € le litre de gazole - le vent - écouter le bruit du ressac la nuit - j'ai les bonbons qui collent au papier - Ga-Ga-Gascogne - la plage des vieux - des pélicans - t'as le sable qui colle pas au vernis - les vieux sapés comme des ministres qui vont à la messe du dimanche... à 06h30 - c'est pas mal ces vacances - le cata c'est la vie - se faire rincer la gueule et se marrer - j'ai toujours eu l'habitude d'en avoir une grosse - tu crois qu'elle est à vendre l'île ? - faire les kékés en scoot - 22 noeuds et demi - les hématomes sur les fesses - y'a pas Némo ! - avec une 3 portes tu peux pas faire pipi entre deux portières - la violence des vagues de l'océan Atlantique - les grills fours à graille - les décharges sauvages d'ordures qui jonchent le sol partout - recherche cartes postales désespérement - regarder le ciel avec une skymap - 1,80 € les deux baguettes - le hoquet qui dure 15 minutes - peut-être que tu tomberas enceinte le dernier jour ? - se faire pourrir par la sécurité parce que tu veux sortir de la salle d'embarquement pour fumer (i.e. le racisme anti-blanc(he) sous-tendu) - la copine qui se lève à 5h30 du mat' pour t'accueillir à l'aréoport *cœur cœur* - tellement d'amour et d'émotions que j'ai failli en pleurer (c'est malin !) - visiter le parking toute hallucinée - les chocolatines au petit déj - sooooo PWNED et puis...

Rentrer la boule au ventre et sous la pluie :( Mon anthurium est mort, tout comme ma box. J'avais pas hâte de rentrer, j'ai vraiment hâte de faire des cartons.

15:42 Écrit par Anouchka dans Sous la Couette | Lien permanent | Commentaires (2) | Tags : blabla de fille, itinéraire bis

mardi, 31 décembre 2013

Xmas, friends, and foncky family

A l'ancienne
Poto, le Couze, McDo et un film avec The Rock... et j'ai même pas réussi à avoir un Mc Bonnet de Noyel pfff

Le grand debrief
Parce que 9 mois c'est beaucoup trop long, et qu'il y a beaucoup de choses à dire autres que nous avons la même couleur de cheveux à la base *cœur cœur * Et au passage tu apprends ce qu’est une draisienne http://fr.m.wikipedia.org/wiki/Draisienne #pointcultchure

Mission blonditude et centimètres
8 pour être précis, et moins blonde. Au revoir les gros cheveux comme dirait Audrey. Beaucoup plus bonne que la plus bonne de tes copines. Même s'il a fallu que j'y retourne parce que bordel, caramel ce n'est pas blond.

Et puis
Des tas de cadeaux, du champ', rererevoir E.T., Numéro 10 a une copine, Poto envoie sa bite en photo et quand je m'ennuie je stalke les potes de Cisco sur FB. J'ai aussi passé 1h30 à bichonner le bolide, à faire du tri dans mes contacts aussi. BFF, dont le chien vient de décéder, a subitement retrouvé son coeur et le chemin pour me contacter. Ex-BFF quant à elle, m'a envoyé un message façon bourgeoise : next.

Des nains volants sur l'eau
J'ai pèleriné au Bibent, bu des Get 31, humé l'air vivifiant du 81, lutté contre les éléments en marchant autour du lac, vu des péniches et des coins-coins, et des avions au grillage.

L'aligot, c'est pas lourd
Et le confit, c'est pas gras. Pas plus que les fromages basques, le magret, le foie gras et la saucisse.

Ma prochaine vague d'emmerdes c'est toi
J'ai pleuré, à chaudes larmes, et à de trop nombreuses reprises. C'est pas comme si je m'y attendais. Ça fait chier mais il faut que j'en passe par là je le sais.

« T’as prévu d’arrêter de boire ? Et de fumer ? »
Oué un jour… mais pas maintenant. Oh et puis j'ai re-eu la fève, pas pris un gramme o/, le bip du garage ne marche plus, il fait - 8.000 chez moi et mes plantes font la gueule.

Les Hautes Instances ont grave kiffé – ils n'étaient pas les seuls – ce qui augure de bonnes choses pour la suite.

Allez, on défait les sacs, on refait les sacs, je penserai à vous en bikini le cul dans la sable chaud (ou pas) !

2013 année de la baise, 2014... vas-y, VIENS !

17:22 Écrit par Anouchka dans Sous la Couette | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : blabla de fille, noyel, toulouse

samedi, 14 décembre 2013

Un dernier pour la route

Au cas où je n’aurais pas le temps ni l’occasion de poster pendant les fêtes, voire avant l’année prochaine…

Alors que deviens-je ? Contrairement à une croyance populaire, je ne chôme pas ! Comme j’ai eu un peu la tête ailleurs depuis septembre j’ai tellement de choses à faire que bim bam poum : j’ai fait une to do list. Je n’en ai pas faite qu’une d’ailleurs, les to do lists et les post-it c’est la vie on ne le dira jamais assez ; d'ailleurs Cisco m’a proposé qu’on les garde pour les exposer un jour lol.

En revanche ce que j’aimerais, c’est ne plus faire d’insomnies et arriver, ENFIN, à me reposer. Comme je dors mal je suis fatiguée et je réfléchis, trop ; mon eczéma est venu me faire un coucou alors que ça fait de nombreux mois qu’il m’avait quittée ; et j’ai toujours mal à mon bras en mousse malgré 55 PUTAIN DE SÉANCES DE KINÉ SA MÈRE :'(
Sans doute que si je me remettais à la gratte plutôt que de faire à nouveau de l’enduit (en attendant la énième expertise la semaine prochaine #fuuu) j’aurais tout aussi mal, mais au moins je kifferais.

J’ai trié les photos de cette année qui fut riche en concerts à défaut de l’être en lancés de culotte de qualitay (Mr Muscles > Sirius >> Numéro 10) enfin en même temps personne – à commencer par moi – n’aurait parié sur la tournure qu’a pris cette fin d’année, même s’il paraît que je suis « autoritaire » et « dans le jugement » ahem.

On croit apprendre de ses erreurs et c’est le cas, alors si l’on considère certains actes comme des égarements plus que des erreurs, parfois on faillit aux règles que l’on s’était fixées : ne pas s’oublier, ne pas tout faire pour l’autre, continuer à faire sans lui.
« La femme cherche le conflit parce qu’elle a besoin qu’on s’occupe d’elle, qu’on prenne soin d’elle, qu’on fasse attention à elle ». Soit. J’en prends bonne note et je m’en félicite, et dorénavant je vais m’employer à appliquer à la lettre tout cela.
Toute possessivité mise à part, une bonne fois pour toutes : ça me casse les couilles de n’être qu’un créneau dans un planning plus que chargé, ça me pompe l’air de ne pas être entendue lorsque je me raconte, et de devoir, en plus, répéter, ça me gonfle de ne pas avoir de questions, jamais, ou seulement lorsque je fais la remarque. Faire des efforts toujours dans le même sens ça m’emmerde c’est pas nouveau, alors les concessions… ce sera fifty-fifty et c’est non négociable.

Quoi qu’il en soit, tous mes cadeaux de Noyel sont prêts, j’ai mangé la moitié de la boîte d’After Eight (ça et les Pim’s c’est le mal absolu), j’ai vu le spectacle de Claudia Tagbo, j’écoute le dernier Miley et j’aime bien (ouais je saiiiiiiis), et Mr Apéro m’a invitée à un apéro mais je serai partie ce qui tombe très bien.
Oh et j’ai quoisiment (référence inside) terminé le roadbook, ce qui prend toujours beaucoup de temps à faire mais crois-moi en la matière, mes roadbooks déchirent.

Ce soir c’est la soirée d’adieux de Pote du Collège, que je n’ai pas vu pendant 20 ans et v’là t’y pas qu’il se barre à l’autre bout du monde. Il me tarde de partir moi aussi, j’en ai marre là. Et puis vivement le Gwo caillou et le nouvel appart.

Allez sur ce, je vous souhaite de très joyeuses fêtes en espérant que vous serez supra gâtés car n’oublions pas que vous le valez bien et surtout ! Surtout : bouffez bien, buvez bien, marrez-vous et profitez !

17:22 Écrit par Anouchka dans Moi Je | Lien permanent | Commentaires (4) | Tags : blabla de fille, journal intime

jeudi, 28 novembre 2013

Au revoir, au revoir, président !

Commençons par le commencement : ces dernières semaines ont été fortes en émotions de toutes sortes et si je n’avais pas un torticolis présentement je pourrais dire que ça va bien. Enfin ça ira *vraiment* bien lorsque je n’aurais plus ma tendinite au coude, on y croit.

Dans l’ordre, j’ai quitté la Bouatte définitivement.

Carlton.gif

J’ai annulé le lunch que j’avais initialement accepté avec un collègue de boulot, qui s’était arrangé pour que BFF soit là vu qu’ils bossent ensemble. Ouais ben lui, s’il veut de mes nouvelles, j’ai pas changé de numéro.
A la place j’ai déjeuné avec le Piou que j’ai mis au parfum concernant Cisco, il m’a fait son sourire mi-crispé mimolette tout en se fissurant petit à petit, et lorsque je lui ai dit que si nous avions dû nous remettre ensemble, depuis le temps, ça serait arrivé, il n’a pas démenti, voilà. Une entorse au règlement en 3 ans on dira que c’était pour l’hygiène, on tourne la page définitivement.

Après quoi j’ai débouchonné le champ’, t’imagine bien. Les collègues en ont ouvert aussi pour le coup – mais plus parce qu’il y en avait une au frigo et que mon départ servait de prétexte pour l’ouvrir. Pas de cadeaux, pas d’effusions mais une bonne chose de faite, enfin.
J’ai encaissé mon solde de tout compte, j’attends à présent de savoir combien mon nouveau copain Paul va me filer car oui, je me paye le luxe absolu de prendre le temps de choisir ma voie, il était temps.

A part ça, tout le monde me conseille à qui mieux mieux de me reposer et de me détendre, vous êtes tous bien mignons mais tu ne passes pas du tout au rien en un claquement de doigts. Des paliers de décompression me sont nécessaires, comme dormir 12 heures d’affilée en semaine (mais sinon je ne suis pas fatiguée hein), apprendre à ne plus mettre le réveil, sans compter que je me taperai forcément une petite dépression à n’en pas douter.

Je vais donc commencer par apprendre à prendre le temps et à profiter. Oui, apprendre.

Bref, comme ça fait un moment que je ne suis pas allée au cinéma, j’ai profité d’un festival de courts-métrages et bon, ça a été… intéressant ^^ : un truc polonais où les deux pires employés du mois, pour ne pas se faire virer du supermarché dans lequel ils travaillent, acceptent la proposition de leur patron : participer à une émission de téléréalité pour déterminer qui des deux a la vie la plus désespérante.
Ensuite un truc avec des japonais qui boivent un liquide fluorescent dans des tubes à éprouvette et qui se font attaquer par une pieuvre géante, puis un truc roumain avec 3 bonnes femmes dans une cuisine qui piaillent (je me suis cordialement endormie), un court-métrage italien dénommé Tiger Boy, un truc complètement barré à la fois mélange de Kusturica et Tim Burton où un vieux apprend qu’il ne lui reste que 7 jours à vivre et cherche par tous les moyens à contacter son frère vivant aux Etats-Unis au moyen d’un tuba géant - tout en dégommant des mouettes.
Enfin, ze movie of ze déprime, une femme dans une cabane au fin fond des bois enneigés lave son mari décédé, l’emballe dans des linceuls, et le traîne malgré la neige et le froid derrière elle jusqu’à la seule route qui passe par là vraisemblablement, sur laquelle roule un camion. Violent fou rire à base de skol openstrü, et immense soupir de soulagement de la salle lorsque la lumière fut rallumée. Ah et la femme loupe le camion lol.
Après quoi on a mangé au resto chinois, l’Homme trouve que « Star Trek, c’est gay », bref c’était une bonne soirée.

Sinon c’est officiel, je vais bientôt faire des cartons (et de la peinture hopefully) o/ ; ça me changera de l’énième dégât des eaux que j’ai eu, opération commando auprès de l’assureur, en attendant l’expertise passion grattage de plafond jusqu’à la dalle de béton tellement il y a de flotte, et enduit mais ça, à présent, c’est peanuts.
Ça va nous faire un savant mélange d’ordinateurs, de BDs, de guitares et de plantes, d’électroménager en double, je récupère aussi un chat (enfin une) bref pour toutes ses raisons j’ai hâte, ça va être chaud bouillant mais ça va chémar.

Beau Blond n’est pas mort et il est toujours avec sa cagole, fiesta en vue pour le 31 décembre et j’avoue qu’à défaut d’être avec Poto je suis bien tentée de retourner dans la batcave.
Surtout que les potes de l’Homme aka le Crou sont cool mais à petites doses ça me va. Tu sais quand on est petit, les garçons jouent à celui qui pisse le plus loin ; en grandissant, ça ne change pas vraiment. C’est à qui étalera le plus son savoir, son savoir-faire et son faire savoir ce que fait très bien Epithète Attribut. A chaque fois >_< Sinon tu peux aussi jouer au lancé d’allumettes sur le sol pour trouver le nombre pi, oui il y a des gens qui lisent des bouquins des frères Bogdanov – et qui s’en rappellent…

Enfin de toute manière d’ici là faut que je me trouve des maillots de bain. Ah oui parce que je t’ai pas dit mais moi, pendant que tu te pèleras le jonc, je serai en Gwada o/

21:19 Écrit par Anouchka dans Sous la Couette | Lien permanent | Commentaires (5) | Tags : blabla de fille, taff, journal intime

 
Le Grand Souk | Anouchka © 2005-2014