Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mardi, 18 janvier 2011

Paranormal activity

Hier en fin d’après-midi, on tape à ma porte. Ma voisine d’en face m’indique qu’elle souhaite me parler. Je la fait entrer, pensant qu’elle va me donner des nouvelles du voisin du dessus que nous n’avons pas revu depuis son vol plané dans les escaliers.

Rien à voir.
Je ne la connais pas vraiment, croisée tout au plus, mais je la sens mal à l’aise, elle a les mains dans ses poches et regarde ses pieds. Et me dit : « Je ne veux pas t’affoler, mais je crois que quelqu’un essaye de te cambrioler ». Mmh. Je hoche la tête, j’attends la suite.
Elle reprend : « Samedi dernier, il devait être 23h30, j’ai entendu du bruit, ça m’a réveillée, je suis allé regarder par la fenêtre j’ai vu un homme avec une cagoule, le bruit venait de chez toi comme si on essayait de forcer la serrure ».

Mmh. Je réfléchis et essaye tant bien que mal de me remémorer ce que j’ai fait le week-end dernier. J’étais chez moi. Avec le Piou. A faire des trous. On s’est fait livrer une pizza. Vers 21h30. Le livreur n’avait pas de casque mais la boule à Z. Et même, il y a une énorme différence entre un casque et une cagoule.

Elle continue : « Je prends des cachetons pour dormir mais ce bruit était vraiment bizarre, je suis désolée de t’embêter avec ça, peut-être que c’est moi qui suis parano, mais bon, le mec en cagoule je l’ai pas rêvé ».

Je récapitule à haute voix son histoire, pour être bien certaine d’avoir tout compris. Je réfléchis. C’est vers une heure du mat’ que le Piou est parti. Je n’ai entendu ni vu personne. Mmh.

« Je préfère t’avertir parce que depuis moi je suis pas tranquille, j’ai du mal à dormir, je vais faire poser un judas sur ma porte ».

Moi aussi je suis vigilante quant aux allées et venues dans la résidence. C’est relativement tranquille mais on n’est jamais à l’abri. De toute façon si je dois me faire cambrioler, ça arrivera, même pas besoin de forcer la porte blindée pour ça, il suffit juste de péter une fenêtre.
Ma voisine a un chien qui fait bien son travail. Quand elle n’est pas là et qu’il y a des allées et venues suspectes, il a un aboiement caractéristique. Quand elle est chez elle par contre, il n’aboie plus. Et ma voisine de m’indiquer qu’il émet tout au plus un genre de « graoumph ». Mmh.

« Je me suis renseignée auprès d’un ami qui est flic, il m’a dit que si cette personne est revenue deux samedi d’affilée au même endroit, c’est pour faire du repérage (perspicacité je crie ton nom), et c’est sans doute quelqu’un que tu connais… peut-être pas un ami mais quelqu’un qui est déjà venu chez toi, une relation sans lendemain je sais pas… »
Ha ha ha. Genre on rentre chez moi comme au four et au moulin. Genre j’ai une vie sexuelle débridée et des one-shots à la pelle. Je vais aller pleurer sous ma couette et je reviens.

« Et surtout, le bruit s’est reproduit ce samedi, vers une heure du matin ».

Ce samedi. J’étais là. « Je sais, j’ai entendu la musique ». Arf, j’avais bien dit pourtant de pas faire trop de bruit ! « Je voudrais pas t'inquiéter, hein ». HE BEN TIENS.
Je réfléchis à nouveau. Vers une heure du matin. D’accord, on a parlé fort, rigolé, d’accord il y avait la musique et… ah. On a joué aux fléchettes.

Eclair de lucidité.

Se pourrait-il que le bruit soit en fait les « toc toc » des fléchettes qui se plantent sur la cible, cible accrochée derrière la porte d’entrée ?
Ni une ni deux, la voisine repart chez elle, nous voilà parties pour un test grandeur nature. Elle a l’impression que oui, c’est bien ce bruit-là. Ah mais ça, ça change tout !

Remettons les choses dans le contexte. C’est un bruit qu’elle ne connait pas, qui la réveille, qui n’est pas régulier, elle prend des cachets pour dormir (elle se réveille donc vaseuse). Reste l’homme cagoulé. Qui, à force de discussion, se trouve être un mec qu’elle a aperçu sur le parking, et non comme je le croyais quelqu’un qu’elle a vu passer devant sa fenêtre en s’enfuyant. Ah mais ça, ça change tout again !

Notre conversation dévie sur le nombre de trucs qu’on nous a piqués sur nos voitures respectives – moi : bouchons de valves, antenne, enjoliveurs (2 fois), répétiteurs (2 fois), et forçage d’une portière ; elle : pare-choc avant (2 fois), antenne, appuie-têtes (wtf ?!?), phares antibrouillard.
« Et l’ancien voisin qui a retrouvé un beau matin sa voiture sur 4 parpaings ! » « Et l’ancien voisin du dessus s’est fait cambrioler ! » Pff.

Moi, je me dis que ça m’embêterait de devoir fermer le volet roulant du salon pour la luminosité dont mes plantes ont besoin. Si je me faisais agresser, je crois que je pourrais réagir violemment – genre me mettre à hurler, cogner, mordre (sauf si le rôdeur a un couteau ou n’importe quelle arme).

Bref. Avec tout ça, je ne connais toujours pas le prénom de ma voisine.

16:23 Écrit par Anouchka dans ... | Lien permanent | Commentaires (6) | Tags : blabla de fille, journal intime

 
Le Grand Souk | Anouchka © 2005-2017