Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

vendredi, 02 juillet 2010

Fait avéré

Hier soir j’étais invitée dans un resto en bord de plage, à l’heure du coucher de soleil. La mer était d’huile, une légère brise se faisait sentir. J’aurais bien aimé que ce fut dans un cadre romantique et tout mais hum LOL j’ai envie de dire, et en majuscules. C’était dans le cadre de la Bouatte.

Seuls quelques irréductibles déconneurs avaient répondu présent : 5 gars d’chantier (pas tous de la Bouatte) et même une femme de chantier, oui, ce qui est assez rare pour le souligner. C’est la seule raison pour laquelle j’ai accepté de me joindre à eux d’ailleurs.

Bien sûr, dans ce village bien connu pour ces calanques, c’est toujours un bonheur de tourner 20 minutes et de se fader 2 parkings avant de trouver une place. Sauf si c’est pour finalement se garer devant le resto :)

La bouffe n’était pas mal (les Saint Jacques sont mes amies ad vitam æternam de toute manière), pas de quoi se rouler dans le sable non plus, puis n’être entourée que de mâles ayant un humour graveleux mais étant néanmoins intellectuellement intéressants fait que j’ai passé une très bonne soirée.

Sauf que. Vu que tout le monde était au poisson, on a pris du vin blanc. Provenant d’un vignoble local bien connu du village. Soi-disant réputé (le vignoble).
Non seulement ledit vin n’avait pas de goût, mais il était comme beaucoup de vins de Provence : il tabassait sa mère.

Bilan : après 1 kir et deux verres de vin, une atroce migraine. Mais quand je dis atroce, c’est qu’elle s’insinue lentement, mais sûrement, et persiste, tout au long de la nuit. Courte, du coup, la nuit.

Je ne suis pas très vin blanc à la base, mais ça se confirme : je ne suis pas du tout vins de Provence.

Un autre jour si j’ai le temps, je vous raconterai comment appâter le mâle moyen en lui parlant de pole dance… et comment l'iphone c'est vraiment une bouse.

14:55 Écrit par Anouchka dans ... | Lien permanent | Commentaires (3) | Tags : blabla de fille, taff, pochtronne

dimanche, 06 juin 2010

Opiniâtreté

Je suis une personne têtue, tenace, obstinée. Dans le sens où, lorsque je me fixe un objectif, même si cela me demande du temps et des efforts, je m'y tiens.

Typiquement, le week-end dernier, malgré mon vertige et une certaine appréhension (voire une appréhension certaine), je suis allée testée l'escalade en salle. J'y avais mûrement réfléchi, j'étais désireuse d'essayer, du coup j'étais relativement confiante avec moi-même avant d'arriver.
Je m'en suis très honorablement sortie, malgré ma crève (option boyaux qui font le yoyo), mon manque de tonicité (due à ... on sait quoi) et une redoutable magnifique quinte de toux en raison d'un peu de magnésie passée dans ma gorge. J'ai fait 4 ou 5 voies, c'est plutôt bien. Même que Le Piou était fier de moi, et ça, ça m'a vraiment fait plaisir.

Le soir venu, après un regain d'énergie due au Sancerre et à la finale pour le Bouclier de Brennus j'ai sombré dans la fatigue et la migraine, même que j'ai pas joué à Mario sur la wii. Dans mon malheur j'ai gagné une jolie robe fourreau noire :)

Heureusement, comme mon médecin est super (et qu'il a des oreilles bioniques lol) il m'a téléphoné pour prendre de mes nouvelles, et me faire une nouvelle prescription. Oui parce que ma laryngo-trachéite a viré en rhinopharyngite carabinée...

...

...

...

... une semaine plus tard (et après maintes quintes de toux et boîtes de kleenex vidées)... je suis presque débarrassée de ces foutus microbes.

À défaut d'avoir les moyens de m'acheter le sac à mains qui me fait de l'œil et que j'ai ajouté dans ma wishlist je vais claquer la thune que je n'ai pas en pharmacie hinhinhin *ironique*
En vérité, je suis partie en quête de jupes / robes / pantacourts, soyons fous, montrons nos blanches gambettes au monde entier. Pour l'instant ça ne me coûte pas un copeck, vu que je n'ai rien trouvé :/

Donc, cette semaine, j'ai couru pour visiter des appart' (comme toutes les semaines depuis environ un mois, en fait) : un grand très lumineux et calme mais pas équipé (et j'ai pas l'intention en plus de faire des frais pour acheter des meubles de cuisine, des plaques, une hotte et un dressing) ; un bien équipé avec grande chambre et grande salle de bain, mais pas assez de luminosité car pas de grande baie vitrée dans le salon. Et un supra moche malgré la vue mer, un pseudo balcon qui s'est révélé être une coursive, un parking sécurisé où n'importe qui rentre et sort (et où aucune place n'est privatisée), le tout dans un immeuble des 70s. Et annoncé comme « à voir absolument », lol.

A part ça, grâce au Piou Super Bricoleur mon bac à douche ferme à nouveau *joie*
Comme je ne suis pas la moitié d'une gourde, je me suis trompée dans mes savants calculs pour... enfin pour un truc très important. Blase puissance 1.000, je crois que je suis blonde intérieurement parfois... enfin bref, l'opiniâtreté ça me connaît, ce challenge-là ne fera pas exception.
J'attends un retour prochain de ma demande de DIF, et mon petit doigt me dit qu'elle est arrivée jusque dans les Hautes Sphères de la Bouatte. Croisons les doigts.
Le GPE suit son cours, je n'en parlerai que lorsqu'il sera complètement sûr, certain, définitif. Et si vous ne savez pas de quoi je parle, et bien tant pis pour vous.

Tchô.

lundi, 17 décembre 2007

Le post fataliste

A 20 ans tu peux t'envoyer des litrons de tequila paf sans sourciller, sortir jusqu'à 6 h du mat’ et te lever à midi sans être crevée ; à présent, t'enquilles 2 soirées où tu te couches tard et le lundi t'arrêtes pas de bâiller... Hier encore, j'avais vingt ans *soupir*

20:20 Écrit par Anouchka dans Epices et Tout ! | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : blabla de fille, vrac, pochtronne

dimanche, 19 novembre 2006

Cuba Libre !

La soirée Cuba d’hier était vraiment très… sympa : mojitos + pachanga + zouk + merengue + salsa, à renfort de rapprochements charnels et grands coups de déhanchés rrrrrr j’avoue que j’aime avoir cet effet sur les hommes ^^

18:05 Écrit par Anouchka dans Sous la Couette | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : blabla de fille, smile, pochtronne

dimanche, 06 novembre 2005

Russian Party

Résumé de la soirée de vendredi :

Après une longue et dure journée de labeur, nous sommes partis direction Mougins sous des litres & des litres de flotte, qui se sont miraculeusement stoppés au dernier péage – heureusement que je n’avais pas prévu de me mettre en jupe pour la soirée !
Après une courte halte à l’hôtel, nous sommes repartis pour le cabaret. Je pensais que l’endroit serait somptueux voire clinquant, en fait de quoi il est situé dans une forêt au détour d’un virage, et hormis les poupées russes sur le toit cela ressemble carrément à une taverne.

L’intérieur n’est pas très grand mais joliment décoré avec des couleurs chaudes. Nous avons été accueillis « à la russe », avec un verre de vodka et un morceau de pain trempé dans du sel ; puis vint le cocktail maison d’une jolie couleur kiwi et à base de vodka bien sûr – ça aide pour faire connaissance avec le reste des collègues !medium_salle.3.gif

Nous étions répartis sur 3 tables les une derrière les autres ; niveau ambiance en dehors de celle des « chefs » et de leurs « protégés » ce n’était pas folichon mais on avait vue directe sur la scène.Le repas était délicieux, très fin et quelque peu étrange pour certains plats… et la vodka a coulé à flots – en plus du vin rouge et du champ’ au dessert – le tout sur fond de musique bolchevique très sympathique.

Vers 23h le spectacle a commencé, et là y’a pas à dire, je me suis bien marrée. Au début ça partait bien, chansons classiques et entraînantes *karim kakarim kakarim kamaya*
Qui dit cabaret russe dit troupe de danseurs, frous-frous et jolies poupées : on a pas été déçus. Les danseuses étaient pour la plupart très mignonnes, très bien fichues, et elles lèvent toutes la jambe très haut et en poussant des petits cris en plus – je passe les détails sur les regards lubriques de certains de mes collègues et la bave au coin des lèvres façon Tex Avery…

Mais plus le spectacle avançait en heure, plus c’est devenu du n’importe quoi. Du Bolchoï on est passé à du Rika Zaraï dance (!) et des tenues classiques aux mini-robes ras le bonbon.
Le moment le plus fantastique – au propre comme au figuré – aura été lorsque les 2 danseurs prépubaires et imberbes sont apparus torse nu vêtus d’un simple pantacourt rose en poil de ??? genre moon boots et de bottes à talons couleur or façon chat botté. Le tout a fini sur du Ozone et une danseuse de l’est faisant du raï… lol

Entre temps, la vodka ayant fait son effet, certains collègues sont partis danser – et bien sûr il a fallu qu’on me traîne sur la piste ; qu’à cela ne tienne je ne suis pas la dernière dans la déconne, mais bon, hors contexte boulot mais avec des collègues de travail c’est une situation étrange…
Finalement à 2h du mat’ nous sommes partis finir la soirée en boite à Cannes, au Cat Corner. Petite boîte de djeuns friqués et m’as-tu-vu mais bonne ambiance ; un de mes collègues est vraiment drôle et sympa nous avons bien déliré tous les deux – surtout au retour où on s’est perdu :-p

Bref je me suis bien marrée, dormi à peine 3 heures mais cette soirée restera gravée dans ma mémoire… !

20:25 Écrit par Anouchka dans Moi Je | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : blabla de fille, smile, marseille, pochtronne

 
Le Grand Souk | Anouchka © 2005-2017