Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mardi, 25 juin 2013

La parenthèse tant attendue

La seule chose à l'heure dans le SFE, ce sont les cigales, pile poil le jour de l'été. Enfin je suppose car pour ma part ce jour-là j'étais à Peuâris, avec le Piou, Pote du Collège et son BFF. 3 garçons 1 fille, plein de possibilités. Best ouikainde depuis longtemps, super coupure, super super super.
Un week-end nécessaire pour chacun d'entre nous pour des raisons quasi-similaires, un bon bol d'air (frais !), et je peux te dire qu'on n'a pas beaucoup dormi et qu'on n'est pas très frais depuis ! - surtout moi mais ça, ça change pas.

Nous partîmes avec le soleil à 4 dans 3 trains différents et arrivâmes sous la grisaille. Vite vite on pose les affaires, vite vite on repart, vite vite le RER lui ne part pas, vite vite tous groupir avec d’autres qui se joignent à nous, suivez le Piou et son plan du métro.
Comme de fait exprès le soleil est arrivé pile à ce moment-là ; pendant la première première partie nous avons bu des bières, ma merguez s’est barrée de mon sandwich (et à 5 euros ça fait cher la perte), Pote du Collège a fait une déco moutarde, on a réglé nos montres appareils pendant la seconde première partie et ensuite, ce fut grand, extra, génial, 2 heures de show debout à sauter crier chanter et kiffer.

musers.gif

Après ça, il fit soif. Le BFF voulait a-bso-lu-ment retourner dans le centre, ce que nous fîmes, non sans avoir au préalable poireauté un temps infini pour prendre le métro. Serrés comme des sardines nous étions à l’aller, il en fut de même au retour. Nous nous échouâmes dans un bar, nous bûmes, et une chose en amenant une autre nous partîmes sans payer. Jobi ? Joba.
Les garçons mangèrent un kébab (qu’est-ce que ça peut bouffer, un mec !), le métro avait fermé, RATP rentre avec tes pieds, j’enclenchais la seconde et mes pieds décédèrent quelque part entre la rue de Rivoli et Bastille.

C’est après une courte nuit et une bataille d’oreillers avec le Piou – où je finis par me casser la gueule du lit – que Pote du Collège perdit le contrôle du pommeau de douche lol :p
Nous avalâmes un solide breakfast puis nous scindâmes en deux groupes : celui des touristes japonais et celui de la sauce tomate / culture. Nous nous retrouvâmes à la maison aux 4 Temps pour le thé mojito, je serai bien allée faire du shopping avec la cops du BFF mais nous étions en infériorité numérique, il fut donc décidé d’aller prendre l’apéro. Nul besoin de regarder dans les pages jaunes pour trouver un bar à vin lorsque tu as Audrey ^^ ; finalement la majorité des coucougnettes opta pour un tout autre endroit que celui conseillé, que je recommande chaudement d’ailleurs car très sympa, très bon et avec un service au top.

C’est là qu’eût lieu la rencontre au sommet entre et le Piou et la Cracotte qui aura cette réflexion merveilleuse et fort à-propos à son sujet en lui tapant la bise : « Ah » (les copines *cœur cœur*).

Et puis, le moteur d’avion. Y’avait aussi le petit moteur à côté, mais le petit moteur je sais comment ça fonctionne, et ça fonctionne toujours comme avant <3. Pour autant je ne dormis quasiment pas de la nuit, c’est donc complètement défoncée que nous allâmes tous prendre le brunch, dans un lieu dont je suis tombée amoureuse – et où la serveuse me fit du gringue.
Las, nous fûmes rejoints par la Couze du Piou et son mari (oui entre temps cette tepu s’est trouvé un mari, avec qui elle a enfanté) (son mari est trop laid) (déjà on les aura évité la veille) (en plus leur hôtel était dans la même rue, en fait on a évité L’ENFER), elle avait beau s’être plâtré la tronche je l’ai trouvée sacrément ridée – en plus d’être toujours aussi puante.

Ils n’adressèrent quasiment la parole à personne d’autre qu’au Piou, à la différence d’une amie de la Couze venue elle aussi et qui est fort sympathique. Le mari trop laid m’appris que la salle polyvalente en construction en bas de chez moi était sensée représenter de part sa forme biscornue la colline d’en face (ahaha le monde merveilleux des architectes, Pagnol doit faire des bonds dans sa tombe), le BFF de Pote du Collège et sa chérie reprirent leurs trains respectifs, et nous sommes tous allés balader. Ou plus exactement : le Piou, Pote du Collège et moi-même suivirent mon roadbook (on pourra témoigner de l’efficacité redoutable de mes roadbooks !), et les autres, bien sûr, se sont radinés. Logiquement deux groupes se sont formés, Pote du Collège et moi, et les autres. On a tracé, j’avais pas envie d’avoir l’autre nunuche dans les pattes, d’ailleurs au bout d’un kilomètre elle avait mal aux pieds dans ses sneakers compensées neuves, meilleur moyen de s’en débarrasser, BIEN FAIT.

Pote du Collège, qui a l’analyse fine, a trouvé Cracotte bavarde (lol) et intelligente, le Piou très sympa, et la Couze fausse et hypocrite. Il m’a également demandé si j’envisageais de revenir vers le Piou. Je ne cache pas que l’idée est là l’air de rien, il y a indéniablement une attirance entre nous, on se connaît bien, on s’estime, on s’aime profondément, oui. J’ai bien senti un certain rapprochement ces derniers temps, probablement dû au fait que nous nous sommes vus un peu plus – mais jamais seuls.
Il m’a proposé de rester au retour, j’ai failli dire oui, et peut-être que rien ne ce serait passé d’ailleurs. Ce qui est certain et il le sait, c’est que même si nous nous tournons autour je ne ferai pas le premier pas. Et puis tout ça n’est peut-être qu’une envie de faire voltiger la culotte point barre.

Après quoi nous nous sommes arrêtés boire un chocolat, puis un café, on s’est pris une saucée sur la gueule en repartant chercher nos bagages, j’avais grave les boules en remontant dans le train, comme à chaque départ où que je sois.

Restent des tas de photos, de vidéos, de souvenirs, et de franches rigolades : « Hé m’sieur ?! T’as pas des sous ? C’est pour acheter de la drogue !!! » -- « Oh ! Regarde ! Des moutons !! » « Heu… c’est pas des moutons… » (oui bon ça va j’ai confondu des moutons et des vaches, mais du TGV on aurait vraiment dit des moutons :D).

mardi, 02 avril 2013

Le post bonne humeur

La semaine dernière, j'ai réussi à discuter longuement avec ma Cracotte, ça m’a mis la patate. Ce serait bien qu’elle transhumât, histoire qu’on aille boire des binouzes sur le port en fumant des Menthol (et qu'on se mate le dvd de H2G2 en bouffant du pop-corn).
Puis j’ai lancé un défi musical à Prof et crois-moi : lancer un défi à un gratteux sur un morceau qu’il ne connaît pas, c’est très drôle :)

Après l’épisode du lancer de culotte sur la tringle, Sirius ne donna plus de nouvelles. Je pense que je lui ai fortement refroidi ses ardeurs – à supposer qu’il en avait – à ne pas savoir si oui ou non j’avais envie de le revoir / si oui ou non à partir de ce week-end de débauche nous pouvions en conclure que nous étions « ensemble ». C’t’à dire qu’après 3 ans de voltigeage sans lendemain célibat c’est un peu le genre de question qui me fait paniquer sévère (aucun jeu de mots). Le revoir, oui, être ensemble… putain j’en sais foutrement rien. Las, je pris la température, qui me sembla fort froide si ce n’est glaciale.

Nous nous sommes revus, il était un peu à côté de ses pompes, enfin de toute manière le mot d’ordre du garçon est : « je m’en bas les couilleuh » (avec une variante non moins originale à savoir : « je m’en fous »). Ceci posé, nous sommes allés humer les embruns, j’ai fait ma touriste pris des photos, puis une chose en amenant une autre la culotte a voltigé, voilà :)
Sirius conduit typiquement une voiture de kéké, comme… un marseillais (en 3e à 80 km/h), sans ceinture ou presque, le portable à la main… « Les mecs s’ils s’arrêtent à des détails c’est qu’ils n’ont rien compris ». Là, tu as gagné 10.000 points. Il en aurait gagné 10.000 autres s’il s’était un peu moins intéressé à son nombril et un peu plus au mien (j’aime bien qu’un mec s’intéresse à ma vie mon œuvre ouiiiii c’est vraiiiiiiiiiii).

Sirius est un sauvage, dans les deux sens du terme : sauvage épris de liberté, farouche, un peu rustre, un sauvage qui a eu un passif de petit toxico (coucou le lsd / les ecsta / la kétamine) (il m’a demandé de ne pas en parler, je lui ai répondu que bien sûr ça ne sortirait pas d’internet huhu ^^). Enfin les choses sont claires : il était content que j’aie envie de le revoir, lui aussi, il se prend pas la tête (ni les couilleuh donc), s’il a une meuf c’est bien, s’il n’en a pas… vous connaissez la suite. C’est binaire, mais on sait où on met les pieds.

En fait je crois que j’ai vraiment très beaucoup besoin de faire des galipettes pour l’instant. À ce propos, Mr Apéro envoya à nouveau des signaux de fumée, à base de « soigne vite ta bronchite que je puisse t’embrasser », au moins c’est clair ! Numéro 10 pensait que je remontais pour Pâques, et qu’on aurait pu faire une belote huhu.

A part ça dans la série blonde, j'ai commandé mes courses au drive, sauf que j'ai pas fait attention, et je fus fort surprise de ne voir qu'un seule pauvre article au fin fond d'un grand sac plastique (de la mortadelle). Je fus quitte pour repasser une commande et me rendre à nouveau au drive, misère. J’ai aussi fait du shopping – et encore j’ai pas eu le temps d’essayer les chaussures qui me faisaient de l’œil, too bad.
Il fallut pas moins de 3 vendeuses pour me prodiguer leurs conseils en crème, au final j’ai fait à l’instinct, enfin j’ai bien ri lorsque j’ai demandé à l’une d’entre elles, d’environ la même tranche d’âge, ce qu’elle mettait, et qu’elle m’a aligné pas moins de 2 sérums et 3 crèmes (sans compter le plâtre fond de teint et tout le reste lol), « c’est à titre préventif ». Elle avait 23 ans, voilà voilà.

J’ai bu de la sangria et parlé séries tv, proxy et androïd au club house avec DiNozzo qui m’a taxé des clopes après le match de hockey, lequel a fini en grosse branlée et grosse bastonnade, c’était fort drôle mais il n’y eût pas assez de sang sur la glace à mon goût.

Quoi qu’il en soit la Tige a rv pour une IVG (oui oui), la sœur d’une copine va prénommer sa fille Ghjulia (à tes souhaits), et il faut que je pose mes congés pour dormiiiiiiir ; en attendant, vivement le champagne en fin de semaine, ensuite je vois Mr Apéro et il n'est pas dit que je sois très sage ahem ; je dois aussi me rendre en Mordor puisqu’une moitié de Poudlard va viendre, et ça, tout ça me met bien en joie.

vendredi, 28 décembre 2012

Décembre, 28e jour

Zinzin Moretto, apocalypse et zombies
Bon j’ai un scoop, nous ne sommes pas morts, point de fin du monde il y eût. Tu penses bien qu’on a fêté ça !
Aldo nous a fait une tektonik de toute beautay, George Clooney était là avec sa copine (une espèce d’échalas bouclé myope qui est relativement sympa) – enfin George n’en a pas pour autant perdu le nord pas plus que l’espoir de conclure (un jour) avec moi, lol. Mister Bloody Mary n’avait rien à me dire, j’en ai profité pour mettre les pieds dans le plat, merci et bonjour chez toi. J’ai longuement discuté avec le cousin de Beau Blond, homme très sympa si ce n’est qu’il m’a donné quasiment mon âge et qu’il ne se souvenait pas de mon prénom, je pense qu’il n’est pas prêt de l’oublier à présent huhu. Get 27 était au top comme d’habitude, les volants de ma robe ont voltigé dans les airs aérant mon postérieur, ne manquait à l’appel que Em victime d’une grippe.
« Viens, viens ! On va mourir ! » qu’elle m’a dit la factrice. Bah 6 personnes qui se jettent à terre avec 80 autres qui les regardent ça le fait moyen, c’est dommage l’idée était bonne sur la musique de Thriller ç’aurait vraiment été top.
A 5h30 les quelques survivants et moi-même attaquions la pizza, autant dire que j’étais en mode zombie pour finir mes sacs et transhumer, fort heureusement sans bouchons sans cons sans camions.

Retour vers le futur, Titanic et thonade
Le soir venu, soirée revival échafaudages où Mister Mc Do a à nouveau joué aux abonnés absents. Puis le GPS a fait n’importe quoi (à gauche = à droite) mais nous sommes arrivées à bon port où la pêche fut mauvaise, rien de rien de rien du tout à hameçonner, la tristitude. Des mineurs et des vieux qui savent pas danser, sont à proscrire également les gens qui pensent être là pour faire leur jogging, option crâne déplumé et baskets blanches aux pieds. La musique n’était pas top même si nous avons levé les bras en l’air, heureusement il nous restait le bitchage notamment rapport aux fautes de goûts vestimentaires.
Après ça Numéro 10 m’a souhaité un joyeux noël :))

Le point Xmas
J’ai eu plein de cadeaux utiles, j’ai bu, le Mordor m’a envoyé une photo trop choupinou, et j’ai découvert que la Reine Mère avait un compte twitter.

Le point carte vitale
L’ophtalmo m’a dit que ma vue s’était améliorée, j’ai attrapé mal à la gorge, en fait de quoi j’ai une pharyngite, hahaha oui je suis *encore* malade ET pendant les vacances, hahaha :/

Les fondamentaux
J’ai revu une copine d’enfance 7 ans plus tard comme si c’était hier. On s’est remémoré nos histoires / peines de cœur, nos parents, nos vacances à la neige et à Atlanta.
Pote Gluant a à nouveau tenté de sonder le terrain (toujours insondable huhu), enfin le principal est que j’ai un pied à terre dans le Connecticut ^^

A part ça
Toulouse est beeeeeelle même en travaux,
je ne sais toujours pas ce que je fais pour le 31. Quand j’aurais eu mes étrennes par contre, en plus d'une Strat’ et du voyage à Poudlard j’achète un nouveau téléphone avec de la Rom et une nouvelle carte sd, enfin si je les ai pas balançés par la fenêtre avant.

14:17 Écrit par Anouchka dans Epices et Tout ! | Lien permanent | Commentaires (2) | Tags : blabla de fille, smile, noyel, toulouse

vendredi, 21 décembre 2012

La fin du monde

Je suis dans une phase tellement positive ces derniers jours qu’il ne peut rien nous arriver d’affreux maint’nant :)

Dimanche c’était l’anniv de Fred Mich, qui est à Stuttgart chez sa sœur et à qui j’ai laissé un message. Ça lui a fait plaisir, ça ne mange pas de pain, on avisera l’année prochaine. Au même moment, le GO me laissait un message plein de lol et de awww *cœur cœur*.
Pote du Collège se barre en Thaïlandie pour les vacances de Noyel, bon finalement ça me tentait moyen et puis 15 jours c’était pas possible. Je lui ai raconté ma soirée avec Prof, il m’a conseillé d’y aller cool et de ne pas me faire d’idées, haha le garçon me connaît si bien.

Lorsque j’ai vu Prof justement il est resté très… dans son rôle de prof et moi celui d’élève. Il était fatigué, il est resté debout à mes côtés pendant un temps qui m’a paru infini (il m’intimide et en même temps j’adore son côté autoritaire, je suis une vraie midinette c’est affreux ^^), en partant il m’a fait la bise et m’a juste dit « je te tiens au courant pour vendredi », voilà.
À l’heure où j’écris ces lignes il n’a pas répondu, ça sent mauvais, et si c’est le cas ça va bien me faire chier, même si je suis certaine de passer une excellente soirée et de faire sensation avec ma robe ras la touffe ^^ (« quitte à crever autant que ce soit bien sapé » dixit Beau Blond).

Non Circoncis a déménagé, il m’a proposé un plan ski mais sans lui puisqu’il ne peut pas y aller et le gros mochu de la dernière fois est au taquet, ah bah sans moi hein. Après m’avoir fait du boudin et un caca nerveux, Capchef Pimpon m’a dit : « tu m’as manqué » awwww <3 Comme c’est un garçon intelligent il a compris sans que je lui explique que la culotte ne sauterait plus avec lui, et c’est très bien comme ça.

À part ça y’a pas 36 façons de le dire : j’ai le feu au cul. J’espère me faire attraper d’ici la fin de l’année en bonne et due forme, même si c’est du réchauffé. Ça tombe bien Numéro 10 sera dans les parages :)
D’ailleurs vivement, j’ai pas moins de 5 sacs à charger, et mes grattes, une véritable transhumance. Pote Gluant veut a-bso-lu-ment qu’on se voit, j’ai pas très très envie, mais bon si c’est pour obtenir un pied-à-terre aux USA hein pourquoi pas.

A part ça, après avoir mis deux mois à renvoyer la clef de la Bouatte, j’ai appris que Binôme avait posé sa dém’ de son nouveau boulot parce que « ça lui faisait trop loin et trop de bouchons ». HAHAHAHAHAHA lolilol. A présent elle travaille dans… la vente par correspondance HAHAHAHAHAHA lolilol et meilleure vanne de l’année.

Deuxième meilleure vanne de l’année, l’entretien individuel surprise avec Boss aujourd’hui :
« Ça vous plait votre travail ici ? » Gros blanc, il semblerait que je ne comprenne pas vraiment la question (« Ah. Ça ?! »).
Je caresse dans le sens du poil (et je suis prise au dépourvu) (2e entretien en 7 ans de Bouatte) tout en soulignant l’importance de mon boulot et ses difficultés (= être un tampon quotidien) ainsi que le fait qu’il me semble que je le fais plutôt bien ; non sans ajouter que, quand même, on n’est pas au pays des Bisounours compte tenu du boulot le salaire c’est du gros foutage de gueule ou pas loin. Bien entendu là Boss me raconte la messe, boulot mal payé blabla machin.
Et là, de but en blanc : « Vous êtes importante, on m’a fait remonter l’information et je suis d’accord, vous avez un poste très important, vous êtes importante je tenais à vous le dire, vous faites du très bon travail, on vous aime beaucoup. J’ai donc demandé à ce que l’on vous donne une prime exceptionnelle, c’est très rare, mais vous le méritez. On vous aime beaucoup ».
Sur le cul je fus, sur le cul j’étais assise, ce qui tombait très bien. Je rougis de l’intérieur, et tout ce que je trouvais à dire (puisque vraisemblablement il est bon de dire quelque chose après ça) fut : « Merci beaucoup ». « C’est moi qui vous remercie ! » me répondit Boss.
Si j’avais été seule après cet échange surréaliste j’aurais fait de petits sauts de cabri dans mon bureau en poussant des « hiiiiiiiiiii ! » au lieu de quoi je pris mon air concentré de la nana qui a beaucoup de travail à faire, huhu. Bon, s’agit d’envoyer l’oseille à présent :) Et même si tout ça peut paraître normal, à l’échelle de la Bouatte, ça ne l’est pas.

Pas plus que la conversation que je viens d’avoir avec ce mec très sympa cool pas prise de tête souriant et intelligent… qui j’espère sera là demain, tout comme DiNozzo, tout comme Prof.

Ce qui est sûr c’est que pour la fin du monde moi, je serai en train de m’éclater.

lundi, 17 décembre 2012

Rollercoaster

Vendredi j'avais culotte, enfin jusqu'à ce que mes connasses ne se pointent à l'improviste :((
Un tajine et une bouteille de champ’ rosé plus loin, on a maté un diaporama
de photos, écouté du Manu Chao, du Missy Elliott, bitché sur du Metronomy et Chico Buarte, et on a terminé devant The Raven, bon film qui m'a donné envie de relire « Les histoires extraordinaires » de Edgar Allan Poe.
Puis j'ai eu la migraine. La pyjama party est donc remise à l'année prochaine.

Samedi j’étais au concert de Soma avec les D.Ash en première partie, c’était méga bien.
J’étais devant, j’ai pris 100 millions de photos (165 en vérité !), Prof m'a fait un clin d’œil et a chanté, une des deux nanas à côté de moi était à l’école avec Lionnel (le chanteur de Soma), jamais vu un mec transpirer autant sur des cordes (Prof prend du sel).
Le gars fan de U2 derrière qui ne cessait de critiquait était bien relou (« han ils n’ont pas de roadies pour leur matos et ce sont eux qui vendent leurs CDs han » – s’tu veux le ratio vivier de zicos / groupes qui percent avec super maison de disque on n'est pas en UK tsé, connaud…), j’ai chanté, rendu sourd mon voisin de gauche c’était méga bien.

Ensuite j’ai bu un demi avec les deux nanas et U2 et d'autres qui sont pas restés (c’était même pas minuit), ce qui m’arrangeait bien puisque j’avais qu’une envie : aller cloper avec Prof et sa chemise de hipster. « Tu pars pas de suite ? » « Bah non ! T’as le temps de boire un coup après ? » « Ouais carrément, on remballe le matos et je viens ».

En fait il m’a offert à boire *cœur cœur*, on s’est assis sur scène, je lui servais de pilier de bar, j’ai papoté avec Lionnel, pris les deux groupes en photo pour Prof, Seb le guitariste de Soma m’a fait la bise et avec Prof on a clopé en mangeant des Oréos avant qu’il ne m’emmène backstage. « J’aime bien ce petit moment avant le cours, quand on fume notre p’tite cigarette » *cœur cœur*.
Nous avons parlé des lancers de culotte de nos mères (me demandez pas comment la conversation est arrivée là j’en sais rien), et du barman qui ressemblait à Jason Statham mais gros et plus barbu qui voulait serrer P. qui lui rasait les murs lol.
Puis on est tous partis à la buvette, on y est restés jusqu’4h du mat’ c’était méga bien. Et j’ai appris pleiiiin de choses.

Bien sûr on a parlé musique, beaucoup, et franchement respect à ceux qui essayent d’en vivre parce que putain, il en faut de la niaque de l’envie et de la patience (en plus de gros coups de bols). On a aussi parlé épilation sous les bras, points sur le permis, je sais qu’il n’a pas de copine et qu’il n’a jamais vécu en couple car il tient à sa liberté et à son indépendance, et il a regardé toutes les photos sur ma carte SD (feat. Cracotte / Tata K / Poto / Numéro 10). La conversation a ainsi embrayé sur les soirées chez Beau Blond, car il regarde mes photos ce p'tit cachottier !!!!!!! Il trouve que j’ai l’air de bien m’éclater (tu m’étonnes), du coup je lui ai parlé de la prochaine ça serait trooooooooop marrant qu’il puisse venir, et ses potes aussi.

On a écouté du Queen, du Mégadeath et du Eart Wind & Fire, on a parlé Beatles of course, je lui ai montré le clip de l’étrange et parlé de Projet X qu’il n’a pas vu (scandale !), il m’a fournie en clopes et ils ont tous voulu m’offrir des coups *cœur cœur*. P. m'a demandé qui j’étais / d’où je venais / ce que je faisais dans la vie, ce que je lui dis, Prof ma présentée comme son élève qui joue bien *cœur cœur* et Gratteux m'a donné 24 ans (*cœuuuuuuur* !!!).
« Y’a des trucs que j’ose pas dire, tu vois » - bon j’crois que Prof a capté à présent qu’il pouvait se lâcher avec moi lol ^^ Du coup il m’a avoué avoir fait une croix sur le calendrier un jour qu’il était sur le point de coucher avec une nana, qui s’est vexée (Prof c’est un ptit con en vrai^^), enfin c’est moins pire que Beau Blond qui essaye de se rappeler des prénoms des meufs avec lesquelles il a couché quand il ne trouve pas le sommeil (ce sont ses moutons à lui).

« J’ai jamais pris une cuite de ma vie » « Quelle tristesse ! Moi j’suis pompette !! »
Gratteux voulait me filer son numéro lorsque mon Samsung a planté (ce con !) alors que je vantais la simplicité des Androïd à Prof, la loose. Il a beau être je cite « une poutre en informatique » il a farfouillé dans mon téléphone, avec ma permission (fait rarissime), pour savoir comment je l’avais enregistré. Pourquoi pas.
En partant Gratteux m'a dit : « Supernouchka de Toulouse je me souviendrai de toi » *cœur cœur* c’était méga bien.

A 4 heure j'avais la banane et pas sommeil, j'ai vu Prof sur le parking qui textotait (je me suis dit que c’était pour moi) je me suis gourée de route avec le GPS et ça m’a bien fait rire, puis en rentrant j’ai étendu une machine. Ce n’est qu’en me couchant que j’ai vu que le texto était vraiment bien pour moi !!!! « C’était chouette de te voir dans ce cadre, t’es partie vite, dommage… » Hannnnnn !!! Baleine sous gravillon ? Ou taux d’alcoolémie trop élevé ?!?

J’en sais rien et je m’en fous parce que tout ça, c’était méga bien.

mercredi, 12 décembre 2012

12.12.2012

Personne ne l’a faite à la Bouatte, imbeulibebeule.

Je n’étais pas très in the mood pour paychow à la dernière soirée, merci le retour de la rhinite qui t’emboucane jusqu’aux oreilles. Cette fois ça n’avait pas lieu chez Beau Blond mais dans une usine ; et hormis le chauffage qui ne chauffait pas suffisamment, franchement faire ça comme des pros avec des petites mains et en si peu de temps, chapeau.

George Clooney et Get 27 n’étaient pas là, Mister Bloody Mary n’était pas là, il était chez sa sœur mais sera là la prochaine fois - j’ai fait mon enquête de proximité auprès de sa « meuf »  qui s’est tapé quand même 1h30 de route pour venir (= la foi !) et qui, malgré sa voix haut perché absolument énervante, est très sympa.

Dès mon arrivée, y’a un gros mochu qui est venu me parler, puis me faire du gringue, j’ai fait genre « qui te permet de t’adresser à moi / je ne me rappelle point de ta personne », sauf qu’en vrai je me rappelle très bien de ce gros lourdaud que j’ai rencontré en même temps que Non Circoncis, la bite au vent lui aussi, et qui m’a proposé un plan « plage nudiste » lol.

Je me suis retrouvée à côté de Fred Mich, qui était venu avec son pote Gaston le paysagiste et son accent marseillais ça ne s’invente pas. Fred Mich m’a accompagnée dehors sans veste (= l’Homme ^^), on a parlé ciel étoilé, télescope et application pour ça ; on a aussi parlé de Bugarach, il n’a cessé de me charrier rapport à mon âge (ptit con), à l’inverse je n’ai pas manqué de faire remarquer à son pote à quel point il était bavard et que j’avais une bonne mémoire de ce dont on avait parlé la dernière fois. Puis ils n’ont pas arrêté de faire des messes basses et rigolaient comme deux idiots, ça m’a gonflé. Le sens unique c’est fatiguant, et Dieu sait qu’en ce moment je suis trèèèèèèèèès fatiguée, donc j’ai pas fait d’efforts voilà.

Beau Blond était stressé to the max, Gaston a vu une étoile filante, il faisait trop froid pour sortir fumer alors j’ai sucé des bites sucettes ; je fus l’attraction pendant 5 interminables minutes au cours desquelles Em a dénoué avec succès le collier qui m’étranglait le cou, on a dansé sur du Mariah Carey, Shimon l’israélien (ça non plus ça ne s’invente pas) a tenté une approche, coucou j’ai fait le glaçon, du coup il a tenté avec Em qui a fait de même mais plus gentiment huhu. Il avait 2g d’alcool dans le sang mais prenait quand même le volant, sioupayr quand toi aussi t’es sur le point de prendre la route c’est vachement rassurant. Et puis c’est pas comme si j’avais roulé sur les débris d’une bagnole qui venait de s’éclater en deux au retour justement, non c’est pas comme si :((

A 5 heures du mat' les chauffages étaient éteints, le DJ remballait, V. qui avait passé les 3/4 de la soirée à textoter m’a raconté ses déboires sentimentaux, l’ex future ou future ex en tout cas cocue de Beau Blond m’a demandé ce que je faisais dans la vie, et à ma réponse m’a demandé : « non mais en fait tu fais quoi dans la vie, parce que tu sais j’suis factrice », hahaha.

A part ça j’ai fait les cadeaux de Noyel à la wanagaine, je n’ai pas de nouvelles de Poudlard, j’ai reçu un message de Non Circoncis (dont je n’avais plus de nouvelles depuis 4 mois !), et Mr la Science m’a invitée à un apéro tapas lounge machin où le NC sera présent haha. Le monde est trop petit.

Je revois Fred Mich en début d’année (avec lui et DiNozzo nous allons faire du karting sur glace et de la patinoire) (ça va être un grand moment de gaudriole) (et de solitude aussi lol), je lui ai proposé il m’a dit « je viens avec toi faut que je change mes horaires de boulot », ne.nous.emballons.pas.

22:25 Écrit par Anouchka dans Sous la Couette | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : blabla de fille, journal intime, smile

lundi, 19 novembre 2012

J'ai pas goûté le Beaujolais

J’ai pas gagné à l’euromillion les 168 millions d’euros, par contre t’inquiète que je sais exactement comment je commencerais à les dépenser !
Sinon on m’a dit que Marseille était une belle ville (Marseille = le cours Ju mouhahaha), enfin c’était une bonne blague je trouve. Ah et j’ai loupé mes muffins :(

Pour la dernière fiesta en date, Beau Blond était très classe dans son costume cravate (les hommes qui portent des cravates <3<3<3). Il passait systématiquement derrière moi pour faire le ménage récupérer mon verre, résultat j’ai dû me servir au moins 4 Waka Waka – dans lesquels je n’ai que peu trempé les lèvres de toute manière.
J’ai pogoté avec Get 27, Beau Blond a mis son bonnet péruvien « j’ai un sens de l’orientation très… péruvien, c’est plus prudent de suivre les lamas » lol.

Mr Bloody Mary était sans son arapède mais il m’a totalement zappé pour ne pas dire superbement ignoré, ce qui a bien fait chier mon orgueil :( C’était bizarre, on n’a pas discuté comme on discute d’habitude, bon en même temps on n’a plus 15 ans pour faire genre on va se planquer pour discuter « rien que tous les deux ». Il m’a fait une petite place à coté de lui sur la terrasse pour que je m’asseye et puis… rien. Get 27 a fait 100 millions de gros sous-entendus ça n’a pas aidé. Il est parti avant moi, il m’a fait la bise et m’a dit un truc du genre « à très bientôt » ou « à la prochaine » je sais plus.

Comme me disait Em à propos de son italien qui lui faisait des pâtes : « il faut savoir saisir les opportunités ». En rentrant avec ma culotte mes ambitions sous le bras je lui ai laissé un message sans équivoque, si ça mord pas je courrai pas derrière toi, je l’ai jamais fait c’est pas maintenant que je vais commencer.

Beau Blond m’a embrassé, la seule chose que j’ai sucée ce sont les pailles de mon cocktail et des sucettes hum.
J’ai un mois pour trouver ma tenue pour la fin du monde.

00:44 Écrit par Anouchka dans Sous la Couette | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : blabla de fille, smile, love etc

lundi, 12 novembre 2012

AFK

Cette semaine, j’ai acheté des chaussures, fait des photos d’identité, et trouvé que je n’étais pas assez blonde – merci Daphné Burki. J’ai appris par FB que BFF déménage, et que mon ex-copine était en cloque du second. Et Doc ne veut pas que je me fasse opérer du nez, gloire à mon Doc.
Plus que 6 semaines à tenir avant Noyel, une éternité.

Bref, samedi j’étais à une énième fiesta chez Beau Blond, enfin chez une copine à lui en fait. Rentrée à 7h du mat’, lever le lendemain à 17h, je crois que la dernière fois c’était à Banyuls avec Germanicus, il y a facile 15 ans, ce qui ne nous rajeunit pas mais j’ai tenu le choc - et encore, il n'y a pas eu les croissants et le café.

Il faut savoir qu'être sociable et avenante, c’est attirer le boulet.
Introducing Bruno le lourdeau qui aime la techno, son pote qui se trimballait avec une weed box (très discret !), et un autre gros lourdeau qui voulait m’embrasser pour voir Beau Blond à poil, puis pour ne pas voir Beau Blond à poil, tristesse des tentatives moisies de drague.
J’ai soigneusement évité le pote d’Iznogoud qui était là (voir un gros con qui se trouve être un ami de son chef en soirée = loose ultime) et qui se trouve être un ex de la fille qui nous accueillait. J’ai aussi soigneusement évité le Jap qui m’envoie des textos depuis que j’ai discuté avec lui, d’ailleurs j’ai refusé de le ramener pour éviter la oh.awkward situation dans la voiture. Et là c’est Georges Clooney qui m’a bien fait comprendre que « mon charme » ne le laissait pas indifférent… mais putaiiiiiiiiiiiiiiiiiiiin. Il en a rajouté une couche : « Retiens ce prénom, c’est top 10 tu touches pas ! » en vantant mes qualités de personne bon esprit / fêtarde / au physique pas dégueu au marseillais de base, Aldo de son petit prénom (véridique), diamant dans le nez et dans l’oreille qui a dansé la tektonik lol. C’est toujours drôle les mecs qui essayent de te serrer et en te brandissant comme un trophée aux yeux des autres – je suis sûre que ça doit marcher à fond sur les cagoles dont les neurones se battent en duel.

Em et moi avons parié que Beau Blond emballerait deux nanas, il nous l’a joué « ouais vous faites chier avec vos paris à la con » mais il l’a fait, il suffisait de pousser un peu Maurice :) Nous avons un peu discuté, ça faisait super longtemps, et j’aime beaucoup discuter avec lui ; et puis il a fait des tas de sous-entendus (culoooooootte !) et j’ai eu des tas de compliments :)
Bref, j’ai pris des photos en mettant le doigt devant le flash, enfin c’est pas comme si ceux qui ont un reflex s’en servaient autrement qu’en mode auto hein, non c’est pas comme si.
Get 27 a joué mon bodyguard, et la marieuse aussi un peu lol avec Mr Bloody Mary, ma nouvelle target ^^

A peine étais-je arrivée que Mr Bloody Mary m’a demandé comme un service de l’accompagner chercher le Jap (comment te dire que j’ai pensé à autre chose ahem :p) (et pas au Jap hein, ahem ahem). En fait de quoi il m’a laissé conduire sa voiture (« j’ai confiance ») ; bien sûr il y a eu mille opportunités, il n’en a saisie aucune :(
Il croyait que j’étais partie à Dubaï en vacances huhu, c’était fort mignon et cela traduit surtout le fait qu’il stalke l’air de rien huhu. Fait rarissime il est parti avant moi pour cause de migraine, il m’a fait un smack, et sa « copine » l’a ramené ; j’ai néanmoins mis les pieds dans le plat en lui demandant s’il était avec elle et bon clairement il fait mumuse voilà.
J’ai également sondé le terrain auprès de Beau Blond : « ça sera peut-être pas l’homme de ta vie mais clairement tu lui plais » (Beau Blond +1000 points) ; de toute façon de base c’est tellement pas mon style ! Mais il a beaucoup de charme, de classe, il est intelligent, grand et bien foutu. Et c’est mon challenge du moment, voilà :)

Avec tout ça sur les coups de 6h du mat, Beau Blond, Em, Georges Clooney, Get 27 et moi chantions Les Lacs du Connemara – Poto approuverait totalement :p

Bref ce n’était pas prévu mais vendredi je remets ça, et je vais sortir le poom poom short pour l’occase. De toute façon j’ai envoyé les loupiotes de signalisation, je sais qu’il a capté, reste que pour l’instant c’est resté gentillet car je m’avancerai pas sur un terrain miné. Quoi que :)
Du coup, c’était pas prévu non plus que j’aille à la fiesta de la fin du monde puisque c’est le soir où je suis sensée transhumer mais j’ai posé une option, sait-on jamais. Le lendemain j’ai déjà une option posée pour un match de hockey PLUS une soirée 80s, faut vite que je me mette au Guronsan lol.

*AFK : Away From Keyboard

21:39 Écrit par Anouchka dans Sous la Couette | Lien permanent | Commentaires (6) | Tags : blabla de fille, smile, love etc

lundi, 05 novembre 2012

Down the road i go

Le point Evelyne
Des bouchons, la flotte, le vent, des bouchons, la flotte, un accident, des bouchons, un carambolage. Et le brouillard.

Shuffle
Goldorak pour le GO, Bécaud et Orelsan pour Princesse, Muse pour le Piou, Asaf Avidan et Massive Attack pour Tata K, les Strokes et Oasis pour Poto.

T'es pogné icitte
J'ai fait les boutiques #pointtchador, bu du champ' et gagné un dvd québécois. Les Hautes Instances font des travaux, et la vaisselle dans la baignoire du coup, ambiance camping. Quand soudain, l'envie d'un lancer de culotte avec Numéro 10.

Le scud
11 ans plus tard, à l'ancienne, me faire culpabiliser, me faire du simili chantage, le pompon d'années de pomponnage. Retomber dans les réflexes, les vieux démons et le conditionnement. Hausser si fort le ton crier à en perdre la voix.
11 ans plus tard, se souvenir des raisons pour lesquelles je suis partie. Se demander pourquoi revenir finalement. Pleurer. Se sentir vidée, épuisée et étrangement apaisée.

La session Arnica
J'ai fait ma Stéphane Plazette, testé le canapé, pris le cactus et une touffette en photo.
Puis j'ai fait la connaissance de Jeanine la serpillière électronique pour feignasse lol - avec ou sans mouillette. Apparemment ça fonctionne.

Striiiiiike
Poto m'a fait des pâtes, j'ai bu du Get 27, on a fait un tour de moto sans casque (c'était biennnnn) et Poto sur une moto : massif graou ; puis on est allé lancer des boules.
Capès de Math m'a donné des conseils mais j'ai fait au feeling ; je suis arrivée bonne dernière, en n'en ayant rien à foutre et avec le sourire. Je suis bien meilleure au baby-foot t'façon (le baby > all).

Boudin Day, bouclettes et altitude zéro
Aller dans un magasin de musique c'est avoir des étoiles dans les yeux et l'irrépressible envie d'acheter une Strat bleue un ampli et un casque. En attendant, j'ai pris des photos :)
Après Houston Airlines j'ai testé Dubaï Airlines - chaussures assorties à l'intérieur sivouplé - puis il y eût une session Flamme Airlines fort sympathique et une soirée qui ne le fût pas moins (biiiiiiite !)

J'ai séché l'école
Pour rester un jour de plus. Il a plu toute la journée, le temps idéal pour faire des crêpes. De toute façon à présent j'aurais un arc en ciel tous les jours si je veux <3<3<3

20:51 Écrit par Anouchka dans Sous la Couette | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : blabla de fille, smile, toulouse

mardi, 23 octobre 2012

La soirée de samedi

Part I : le match de hockey

L’histoire de mon amour pour le hockey remonte à longtemps avant Jésus-Christ l’époque où j’étais amoureuse de Roch Voisine ; puis il y eut les JO d’Albertville en 1992, qui m’ont définitivement fait adopter ce sport que d’aucuns jugent violent – souvent les mêmes qui disent cela du rugby.
Donc, en attendant d’en voir un « vrai » à Poudlard, j’ai assisté à mon premier match de hockey.

La patinoire est immense, par contre il n’y a pas de parking, mais ce soir-là les Dieux de la Chance étaient avec moi, j’ai pas galéré 100 ans dans les bouchons, et j’ai trouvé une place quasiment devant l’entrée, dans un mouchoir de poche qui plus est.
La soirée était organisée par le sosie de DiNozzo dans NCIS, ex-joueur originaire de Vannes, Bretagne, oui oui parfaitement *private joke*

Même s’il aurait fallu que je chantasse un truc en provençaou (trop pas moyen) (d’autant que les provençaoux eux-mêmes ne chantaient pas), malgré DiNozzo qui râlait sans arrêt, malgré le bruit de la chasse d’eau quand un adversaire allait en prison (coucou le fairplay) et un deuxième tiers-temps mou du g’nou (heureusement qu’il y avait Seven Nation Army en boucle pour nous réchauffer) grosse ambiance tout au long du match, c’était TROP BIEN, et c'est à refaire. D’autant qu’on était une équipe sympathique et qu’un mec à l’entrée m’a offert une place gratuite :)

DiNozzo m’a montré comment on faisait une mise en échec en m’envoyant un coup de hanche (quelle entrée en matière lol), mon voisin de droite, tout comme moi, balançait des vannes à deux balles qui nous faisaient beaucoup rire, tout en me poussant de petits coups d’épaule de temps à autres, c’était mignon. On a essayé de choper un paquet de crocodiles Haribo mais on n’a pas réussi. Et puis il y eût une baston à la fin – bien entendu, les « supporters » n’ont pas manqué d’insulter copieusement l’équipe adverse, à grand renfort de touchage de bite, coucou le fairplay bis.

Je n’ai ramené ni palet ni hockeyeur (j’ai même pas regardé les photos des joueurs sur la feuille de match tellement j’étais à fond), je me suis affranchie de la 3e mi-temps pour m’enfiler un sachet de Palmiers et aller faire la fiesta chez Beau Blond.

Part II : la soirée dans la batcave

Arriver après tout le monde dans un lieu connu où se trouvent des gens qu’on connaît : être trop en place.

Le Japonais bossait le lendemain donc il n’est pas resté (je crois même qu’il attendait que j’arrive pour partir) (les mecs qui ont un crush pour toi parce que t’es « nature » tsé). J’ai bien tenté d’esquiver mon sauveur ès fourrière mais je ne réussis point à m'y soustraire, aussi ai-je dû converser avec Mr la Science qui est effectivement très prétentieux et… lourd. Son pote kiné l’était tout autant : il me questionna rapport à Mr la Science, je ne comprenais pas où il voulait en venir, et mes implorations du regard auprès de Mr Bloody Mary et de la barmaid restèrent lettre morte.
Le kiné revint à la charge un peu plus tard, et c’est au cours de cette conversation qu’il me mit, par je ne sais quel truchement, la main sur l’épaule, et s’exclama : « Ouuuuh, tu as les épaules carrées ! Tu fais du sport ?? » « Bah oui, j’suis pas déménageur, connard ! » - répondre à la worst entrée en matière ever par du premier degré, l’assurance d’être incomprise mais de bien rigoler intérieurement. Il crut bon d’ajouter un « T’as pas besoin d’épaulettes hinhin » qui me fit immédiatement tourner les talons (you jerk).

J’ai revu Get 27 qui m’a dit s’être dépacsé (je ne savais pas qu’il l’était lol), j’ai dit à la DJette que mon parfum était une marque de sac à mains #pointblogueusemode, j’ai bu un Waka Waka piqué (rhum / pêche / ananas) ainsi qu’une mixture cannelle / rhum / tranche d’orange (« tu lèches t’avales tu croques » m’a dit Beau Blond lol), du champ’ et du coca, j’ai dansé (pour te dire à quel point c’était bien : j’ai dansé sur du Michel Télo - OUAIS) ; les mecs ont tombé la chemise (tombéééééé laaaaaaaa), Beau Blond était bourré lol, pour autant il nous a super bien fait Michael Jackson.
Ah et Mr Bloody Mary m’a embrassé (des fois il dit « yé sé plou » avec son bel accent espagnol <3<3).

Bref, ça faisait bien longtemps que je m’étais pas autant amusée, dehors il faisait 18° (en octobre, normal), ma voiture était toujours là, à 6h du mat’ j’avais toujours pas sommeil, depuis j’ai le sourire. Enfin je l’ai aussi parce que je sais que dans une semaine je transhume *frétille du croupion*, ptêt’ même que je verrai Numéro 10 mais ça, ce sera le bonus offensif.

21:49 Écrit par Anouchka dans Sous la Couette | Lien permanent | Commentaires (2) | Tags : blabla de fille, journal intime, smile

 
Le Grand Souk | Anouchka © 2005-2017